Aller de Kuta à Ubud en scooter

Aujourd’hui était le grand départ pour Ubud, je suis parti en scooter des environs de Kuta pour rejoindre Ubud, j’en ai un peu bavé puisque je suis tombé en panne et j’ai failli mais faire arrêter par les flics par deux fois mais au final je suis arrivé à bon port, voici le récit de la journée.
Les flics ici sont vraiment des connards, en gros si tu as le malheur d’être à leur portée et qu’ils peuvent te faire mettre sur le côté tu vas être obligé de payer minimum 5$ et parfois jusqu’à des sommes bien plus importantes. Du coup nous sommes obligés d’avoir une conduite risquée lorsque la police est là pour ne pas se faire arrêter. C’est vraiment débile mais griller un feu rouge est beaucoup moins embêtant pour nous que de devoir discuter avec la police… d’ailleurs on grille les feux en fait !C’est le seul problème de Bali (avec les australiens évidemment) et du coup ça ne me donne pas envie de conseiller cette destination à quelqu’un tellement cet aspect de la police est lourd. C’est bien dommage car le reste de l’île est complètement dingue.
J’ai failli oublier que les Balinais sont super chiants pour la négociation, ils pensent que tout le monde vient là pour distribuer de l’argent et qu’ils peuvent vendre des sacs en osier pour 25$.De façon plus générale et après un peu plus d’une grosse semaine je trouve le sens “business” des gens ici à vomir, personne n’est capable d’avoir un discours cohérent sur une entreprise, 80% des gens que l’on rencontre sont là par hasard (c’est l’impression que ça donne). Vendredi dernier un opérateur a commencé à me parler de sensibilité prix et des canaux d’acquisition des consommateurs, j’ai failli me mettre à pleurer.

La meilleure nouvelle de la journée est venue de Skype puisque vers 14h j’apprends que je suis off jusqu’à lundi matin, j’ai enfin un peu de repos depuis quasiment 2 semaines !

Je prends donc illico mon scooter pour aller faire un tour dans la campagne alentour mais il se met à pleuvoir, (l’horreur pour une fois que j’avais du temps pour moi). Je m’arrête donc directement dans un massage et je me fais masser pour 10€ pendant un peu plus d’une heure, c’était complètement dingue et lorsque je sors il fait beau, le bon dieu a été cool, cimer br0.
Il me reste par la suite une petite heure pour prendre des photos, je me balade et j’arrête mon scooter en fonction des scènes qui me plaisent, de cette façon je peux facilement poser mon scooter et marcher dans les rizières pour prendre mes photos, que du bonheur !
Je rencontre un asiatique (je lui ai pas demandé d’où il venait) qui fait la même chose que moi sauf que lui il est à pieds (le naze). Sur le chemin du retour je me sens obligé de le ramener en scooter, je suis à ce propos un danger public lorsque je conduis avec un passager (pour ma défense il bougeait tout le temps, un vrai saumon qui remonte une rivière).

Demain j’ai réservé une marche avec un guide local pour découvrir autre chose, bon par contre l’après-midi sera beaucoup moins marrante puisque je vais devoir avancer un peu mon DIM. Amen.

J’ai pris quelques photos d’humains, en général je préfère les photos de paysage mais les scènes étaient juste beaucoup trop intéressantes pour que je passe la dessus, globalement les gens se laissent photographier.

Les Balinais  me semblent très religieux, ou tout du moins très à cheval sur les coutumes. Les cérémonies sont incessantes et les habitants se drapent de leurs costumes traditionnels en quelques instants.
Je dois avouer que je trouve ce costume assez élégant (en général tous les gens ont le costume blanc de gauche). De plus c’est à chaque fois en groupes importants qu’ils arrivent au lieu de rendez-vous, ils me semblent vraiment très soudés.
C’était la minute Durkheim.

Leave a Reply

Type to Search

See all results