Les huttes de Shirakawa-go

Après une demi-journée à Kanazawa, il est l’heure pour moi de me diriger vers Takayama avec une étape à Shirakawa-Go, un village inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO connu pour ses huttes traditionnelles et qui est la raison principale de ma présence dans les Alpes japonaises, si la description ne fait pas rêver une petite photo sera plus parlante.

Les huttes de shirakawa-go lors de mon passage au mois d'octobre, vue à pieds depuis la route

Les fameuses huttes, aussi appelées Gassho-Zukuri

Le départ de Kanazawa:

Kanazawa fut plus qu’une simple étape, j’ai vraiment adoré cette ville, elle n’était censée être qu’une étape vers Shirakawa-go mais c’était en fait bien plus. Le jardin était superbe, et que dire du quartier des samouraïs ou des geishas, simplement superbes !

quartier-geishas-kanazawa (5)

Si vous avez raté cet article vous pouvez toujours le retrouver par ici.

Ce matin je me dirige vers la station de bus afin de prendre un bus (jusque là j’ai perdu personne je pense), ma destination est Takayama, une ville importante dans les alpes japonaises. Evidemment aucun problème pour prendre mon bus, et aucun problème à l’intérieur, c’est peut être pour ça que mes vacances coûtent 10x plus cher qu’en Inde. Il y a bien les deux filles devant moi qui mangent des énormes Makis au petit matin mais sinon pas grand chose à signaler (et oui pour du sensationnel ça se passe sur NRJ12).

gare-routiere-kanazawa

En voiture car Simone !

Shirakawa-go, tout le monde descend:

Une grosse heure de bus et j’arrive à Shirakawa-go, ma première impression est que c’est très touristique, même très très touristique. L’aire pour les bus est gigantesque, je pose ma valise dans des casiers prévus à cet effet et je pars visiter !

arrivee-shirakawa-go

L’aire d’arrivée des bus !

Les premières huttes sont pas mal, je m’attendais à être plus impressionné mais c’est quand même vraiment beau. Le toit de ces huttes est spécifique puisqu’il est conçu pour pouvoir supporter beaucoup de neige, visiblement c’est vraiment très violent par moment et il faut que les toits puissent supporter 2 mètres de neige (ça commence à faire).
Le nom de ces huttes est “Gasshõ-zukuri” qui signifie “maison aux pommes des mains jointes”, c’est tout simplement car la forme du toit représente des mains entrain de prier.

huttes-shirakawa-go (1)

Le Japon a réussi à protéger quelques villages de ce type mais le plus facile d’accès est Shirakawa-go. Je continue ma route, je ne croise aucune poubelle pour la bonne est simple raison qu’il n’y en a pas pour les touristes dans tout le village, ici tu gardes tout avec toi et tu jettes dans la prochaine ville, au moins on évite le problème de la gestion des déchets, c’est vraiment pas bête comme solution mais ça implique une discipline de fer (bon il faut aussi que la prochaine ville possède des poubelles, logique).

hutte-gassho-zukuri-shirakawa-go

Ils font évidemment très attention à d’autres aspects de l’environnement, ainsi les frigos sont très “locaux”.

frigo-shirakawa-go

ILS SONT TROP MALINS !

Continuons la visite:

Je continue ma petite marche dans le village, je ne prends quasiment que des photos des huttes (pas besoin de se plaindre dans les commentaires, j’étais là pour ça donc c’est que des huttes en photo capish ?).

huttes-shirakawa-go (7)
Je me dirige vers le point d’observation du village, une pente assez raide pendant 10 minutes et nous voilà en haut avec une très belle vue sur tout le village.

huttes-shirakawa-go (10)

Vue depuis la plateforme d’observation.

Je redescends un peu plus tard et je continue ma marche dans le village, c’est quand même assez paisible. J’en profite pour visiter une hutte traditionnelle, je ne sais pas comment ils se débrouillaient pour tout chauffer en hiver mais le note de gaz devait être salée. L’intérieur ressemble vraiment aux énormes granges en France, évidemment les huttes ouvertes au public sont très bien restaurées, c’est en tout cas assez impressionnant.

huttes-shirakawa-go (17)

C’est pas la pub pour les maisons en kit…

Je me retrouve sur la route pour les japonais, je m’en rends compte assez rapidement quand je me prends une marée humaine en pleine face, explications en avec deux images:

touristes-shirakawa-go (2)

Photo à ma gauche.

visite-shirakawa-go

Photo à ma droite.

Le parcours est fléché pour les japonais, ça ne m’était même pas venu à l’idée de suivre ce chemin (aucun occidental en fait) par contre pour les collègues nippons la discipline est de rigueur. En gros vous avez la route pour les japonais qui est bondée et les quelques routes annexes qui sont paisibles.

Et je peux vous dire que ça mitraille, ils ont tous un doctorat en photos sur le téléphone et le reflex, pour la petite histoire une personne restera dans le même champs pendant une heure, quand on veut sa photo on ne rigole pas au Japon. Je continue de me balader, je fais une photo que j’ai trouve très belle avec un peu de chance, la photo me vient toute seule (je me sens un peu Picasso sur le coup).

huttes-shirakawa-go (19)

Pause photo, c’est l’heure du repas !

Je me dis que je vais pas mal galérer pour trouver un restaurant, que nenni je trouve en 5 secondes, ils sont habitués aux touristes et j’ai le menu avec les images ! Je commande du porc, c’était pas mal mais pas dingue non plus, bref un repas dans un restaurant pour touristes.

repas-shirakawa-go

Du riz ? quelle surprise !

Je continue ma petite balade vers les huttes les plus éloignées, là il n’y a carrément personne, je prends quelques photos et je me dirige vers le stand de bus pour quitter le village. Je suis un peu déçu à la fin de ma visite, comme d’habitude attendre énormément d’un endroit n’est jamais bon signe, j’ai trouvé ça très très beau mais je m’attendais à prendre une énorme claque, un peu comme à Fushimi-Inari par exemple.

hameau-shirakawa-go

Je pensais passer des heures dans le village mais au final je finis mon tour assez rapidement, à peine le temps de souffler en attendant mon bus que je rencontre des italiens sympas, ils font leur voyage de noce pendant 12 jours au Japon et 2 semaines à Tahiti, je trouve le mix assez drôle ! Je rentre dans le bus et je m’effondre de fatigue.

Quelques photos:

huttes-shirakawa-go-3 interieur-hutte-shirakawa-go huttes-shirakawa-go-18

La suite:

C’est désormais dans la ville de Takayama que je vais finir ma journée, une ville ancienne que je vais découvrir, où je dégusterai mon meilleur repas au Japon et où je rentrerai pour la première fois dans une salle d’arcade.

salle-arcade-takayama

J’ai aussi fait mumuse dans la salle de jeu !

Si vous avez apprécié cet article, n’hésitez pas à le liker sur la page Facebook et à le partager à toute la planète terre, je rappelle que vous pouvez aussi souscrire aux nouveaux articles dans la petite boite en haut à droite de cette page ou en cochant la petite case “suivre l’actualité du blog” dans les commentaires.

Leave a Reply

9 comments

  1. Moi j’avais vraiment beaucoup aimé ce coin du Japon mais nous avions une voiture qui nous avait permis d’aller voir les autres villages où pour le coup il n’y a personne! Nous avions dormi dans une des “huttes” et avions pu profiter du village déserté le matin et le soir. En tout cas je confirme les 2 mètres minimum de neige en hiver, il neige jusqu’a 15 mètres en cumulé au Japon dans certaines stations!

    • Oui c’est le petit problème, je n’avais malheureusement pas beaucoup de temps et j’ai choisi de devoir parfois un peu “morfler” d’un point de vue touristique, je savais que je n’allais pas revenir avant longtemps donc je me suis quand même lancé là dedans.

      Oui j’en ai parlé avec d’autres personnes et visiblement il y a vraiment une différence phénoménale entre le village sans les bus et le village avec, ça doit être un peu bizarre pour les habitants.

      Le Japon c’est clair que c’est quand même pas un pays facile d’un point de vue environnement !

  2. Pingback: Takayama, une ville qui conserve ses traditions ! | World Wild Brice

  3. Pingback: Takayama, une ville qui conserve ses traditions ! | World Wild Brice

  4. Pingback: Musée et shopping à Takayama | World Wild Brice

  5. Alain

    Bon çà a l’air un peut aseptisé mais joli tout de même
    Cà me rappelle les maisons traditionnelles de certains coins de Sumatra. ..les bus en moins!

    • Oui mais c’est trop cool, je pense retourner dans le coin bientôt 🙂

  6. Léo

    Hello Brice,

    Je suis en train d’organiser un voyage de 16 jours (fin Septembre/ début Octobre) au Japon, et pensais passer par Shirakawa-go, plus précisément:
    faire le trajet Tokyo – Kanazawa, visiter Kanazawa l’aprem, dormir sur place,
    puis encore visiter Kanazawa le lendemain matin + aller à Shirakawa-go l’aprem, faire le tour du village (un aprem pour tout voir suffit-il?) et y dormir.

    Est-ce que je devrais selon toi ensuite retourner à Kanazawa puis directement à Kyoto, ou plutôt me diriger vers Takayama, y passer du temps (y dormir?) puis me diriger vers Kyoto? Je ne suis pas sûr du chemin le plus optimal…

    Merci d’avance pour tes conseils, et bravo pour le site web!

    Léo

    • Salut,

      Il y a redondance entre Shirakawa Go et Takayama, Takayama c’est sympa mais loin d’être incroyable donc tu peux zapper 🙂

Type to Search

See all results