J’ai tenté de voir le mont Fuji en été mais ça n’a pas marché !

Tu aimes bien lire des articles avec de magnifiques photos ? des articles où tout semble bien se passer et où le monsieur passe une excellente journée pour pas un rond ? Cet article est tout l’inverse puisque je vous raconte ma seconde tentative pour voir le Fuji. Encore une fois j’ai rien vu, j’ai claqué un loyer en une journée mais c’était quand même vraiment cool !

dessin-fuji-japon

Ma meilleure photo du Fuji !

Départ par le train depuis Shinjuku

Il est tôt et avec Marie on a prévu de prendre le train de 8h30 en direction du Fuji, évidemment pour bien commencer la journée la gentille nana à la station de train nous explique qu’on l’a dans le cul (enfin elle dit pas ça commence ça) et qu’on va devoir prendre le train 1h après, impeccable !

train-tokyo-fuji-2

Bon en plus il a fallu trouver le guichet pour les touristes, un peu compliqué !

On ne comprend absolument rien aux trains pour le Fuji, elle nous donne 2 tickets, nous dit où changer et nous explique qu’on devra repayer à la gare. Habituellement au Japon tout est simple… j’émets alors l’hypothèse qu’une entreprise indienne s’est occupée du train pour le Fuji ?

train-tokyo-fuji-3

On prend ensuite un long train puis on change dans une petite gare pour un autre train cette fois aux couleurs du mont Fuji, on sent qu’on arrive bientôt (c’est un peu comme quand t’arrives à une soirée, au fur et à mesure que tu montes l’escalier tu entends du bruit et de la musique, pour le Fuji c’est pareil car tout autour de toi en prend la couleur).

train-tokyo-fuji-1

On arrive à Kawaguchiko

J’arrive avec Marie dans la ville de Kawaguchiko, une des nombreuses villes autour du Fuji où vous pouvez faire des balades en vélos le long des lacs de la région. On trouve rapidement un endroit ou louer des vélos qui sont abordables. En partant on demande au mec par où il faut aller pour le Fuji, il se retourne, nous montre l’amas de nuages en nous disant que le Fuji est derrière ça… bon ben on est mal (en écrivant l’article je me suis rendu compte que je n’avais qu’une photo du Fuji dans les nuages, elle est plus bas dans l’article et ça ressemble vraiment à l’image ci-dessous).

fuji-disparu-ete

Marie commence déjà sa crise de panique, elle a autant peur du vélo que j’ai peur de manger des légumes. Du coup je l’écoute se plaindre comme un bébé et on commence à pédaler (ça sera plus tard à moi de me plaindre comme un bébé au moment de faire du shopping, chacun son tour).

velo-lac-fuji-2

En regardant la gueule de la montagne on sait très bien qu’on a très peu de chance de voir le Fuji, du coup on se dit qu’on va s’arrêter un peu partout pour voir ce que ça donne. En marchant dans un petit parc on tombe d’ailleurs sur 2 français qui habitent à Tianjin (une ville à côté de Pékin), on discute pas mal de temps et ils ont l’air aussi content que nous sur la météo.

lac-kawaguchiko-1

Bon le suspense est insoutenable et tu te demandes à quoi ressemble le Fuji dans la brume ? réponse :

imaginer-le-fuji

OUAI FAUT L’IMAGINER OK ?

La grande balade en vélo autour du lac

Nous voilà donc pédalant dans la campagne autour, j’essaye de faire quelques photos de Marie qui fait du vélo pour qu’elle puisse en parler à sa maman (et ouai je suis un mec bien… enfin je me suis beaucoup moqué aussi mea culpa).

velo-lac-fuji-3

Autour de nous c’est une belle campagne, c’est du Japon sympa et les voitures font très attention à nous lorsque nous pédalons sur les petites routes autour du Fuji. Qu’est ce qu’ils sont gentils ces japonais quand même… (ça change du Vietnam où les mémés doivent courir pour traverser la rue sous peine de finir sous les roues d’un 4×4).
velo-lac-fuji-1

En continuant on arrive à l’arrière d’un temple qui a l’air pas mal, parfait on va faire un petit arrêt.

temple-fuji-2

Un temple « random » de la campagne du Fuji

En posant nos vélos contre la barrière nous sommes pris de panique, nous sommes au Japon et le risque de se faire voler son vélo est quand même importa… NON JE DECONNE. Comme d’hab on fait un petit sourire en posant nos vélos et en se disant que le seul risque dans ce pays c’est qu’un japonais range nos vélos un peu mieux car ils n’étaient pas au bon endroit.

temple-fuji-3

Le temple est vraiment sympa et il y a déjà quelques personnes qui sont arrêtées. Je suis bon pour m’occuper de faire des photos des couples qui viennent immortaliser ce moment (bon à contre-jour avec un smartphone je fais pas de miracle mais ils sont contents). Je préfère vous montrer une photo plus jolie du temple !

temple-fuji-4

Le long du temple il y a une magnifique allée qui mène à un Torii, j’essaye de prendre une belle photo mais il y a une énorme guêpe qui semble protéger les lieux du coup je remballe rapidement. On est assez heureux de cette étape, pour l’instant pas de Fuji mais une belle balade !
temple-fuji-1

Arrêt déjeuner au bord du lac

Après quelques coups de pédales et en regardant le plan on se rend compte qu’on avance vraiment plutôt vite (on a un train à prendre en fin d’après-midi donc on fait gaffe, bon et en plus Marie est pas vraiment Lance Armstrong même avec 1 couille).

lac-kawaguchiko-2

On s’arrête donc au bord du lac dans un restaurant qui a l’air de nous inspirer confiance, c’est à une machine automatique qu’il faut payer, je prends le truc le plus cher et je me retrouve quelques minutes plus tard avec un gros bol de ramens, impeccable !

ramens

Reprise du vélo mais toujours pas de Fuji

On reprend ensuite les vélos et on décide d’avancer très rapidement pour se donner de la marge pour plus tard, on pédale donc pas mal, la route est jolie mais le Fuji est encore planqué.

lac-kawaguchiko-3

Le Fuji est à ce moment un peu plus sur la droite mais on ne voit strictement rien…

Encore une fois si on avait fait cette balade en vélo n’importe où au Japon on aurait sûrement beaucoup aimé, c’est beau, c’est très japonais et c’est différent mais avec le Fuji dans les nuages on est forcément déçus, on est quand même venus pour ça…

lac-kawaguchiko-4

A ce moment ça fait un peu plus de 3 heures qu’on a commencé à faire du vélo, on décide donc de s’arrêter à un endroit un peu plus sympa que les autres pour profiter de la vue. Bien évidemment il se met à pleuvoir et on est obligé de continuer de pédaler sous la flotte jusqu’à trouver un café où s’arrêter (la journée de merde, pourtant on avait fait des pagodes les jours précédents… Bouddha nous a abandonné sur le coup).

fuji-ete-nuages

Le soleil, la Probox et la fin du Fuji

En reprenant les vélos le ciel est encore très noir, moment bizarre mais il y a alors une magnifique éclaircie, on essaye de faire des photos mais il faudrait qu’on traverse une 2×2 voies à pied. Ça aurait été facile mais on a pas envie de foutre le bordel pour quelques photos du coup vous gagnez une photo moche (on habite tous les deux en Asie du Sud-Est donc on apprécie l’ordre régnant au Japon et on a pas envie de déranger).

rayons-soleil

En continuant de pédaler on croise une Probox modèle birman. En fait les birmans récupèrent énormément de vieilles Toyota Probox des japonais et les utilisent comme taxis, du coup c’est un peu la voiture mythique pour n’importe qui a habité en Birmanie, moment d’émotion en voyant cette voiture moche mais pratique qui n’a pas encore terminé sa vie en Birmanie (aucun doute, elle terminera là-bas !).

probox

On finit enfin au petit magasin qui nous avait loué des vélos (cet enfoiré est situé en haut de la colline, toujours sympa de grimper le Mont Ventoux avant de rendre les vélos et en plus je me suis paumé).

kawaguchiko

Pour nous c’est le retour à Tokyo, on enchaîne les 2 trains du retour et j’essaye de faire la prochaine photo de profil de Marie dans le train, bon ça a pas marché des masses mais bon…

photo-profil

Fin de journée à Shinjuku

On a passé une bonne journée de merde (allez c’était sympa mais dépenser 150 balles pour pas voir le Fuji ça fout les boules), du coup on décide de se faire plaisir dans Shinjuku.

shinjuku
Tu te demandes c’est quoi se faire plaisir à Shinjuku (bon le quartier rouge se trouve ici mais c’est pas ce que je veux dire). On commence d’abord par s’exploser le ventre en s’envoyant un petit shabu-shabu au calme (si tu sais pas ce que c’est tu peux lire mon précédent article). Ensuite on retourne dans les machines de la mort pour essayer de gagner des peluches (j’ai bien dit essayer…). Puis on termine (enfin on se termine) en se mettant des godets de Saké au Golden Gai.

biere-shabu-shabu

Kirin… c’est quand même pas la meilleure bière du Japon !

machine-automatique

Indice : la peluche est tombée

golden-gai-tokyo-3Le saké !

Le Golden Gai est un quartier dont j’ai déjà parlé rapidement dans un précédent article, néanmoins c’est un endroit que j’ai adoré et je vous en parlerai plus en détails bientôt !

golden-gai-tokyo-2

On rentre un peu pété au AirBnb, on a claqué l’équivalent d’un voyage de 2 semaines en Inde en 1 journée, on a pas vu ce qu’on voulait voir mais on a vu des choses qu’on ne voulait pas voir et surtout on a rencontré plein de gens sympas (dont Fuji le barman du Golden Gai), c’est pas ça aussi le voyage ?

serveur-fuji

C’est pas une blague mais le serveur du bar était tellement sympa qu’il s’appelait FUJI !

Conseils :

  • Honnêtement on a rien compris sur la façon de rejoindre Kawaguchiko, normalement il y a des bus mais on a merdé là dessus, on est donc partis de Shinjuku jusqu’à Kawaguchiko par le train en changeant à Otsuki (en fait vous changez de compagnie de train, le début est JR et la suite pas JR, tout le train fait la même chose donc c’est très facile).
  • Faire le tour du lac de Kawaguchiko n’est pas si long que ça, grosso-modo on 3-4h de vélo tu en as fait le tour. Je ne sais pas si c’est le meilleur endroit mais c’est celui qu’on avait choisi.
  • Visiblement les chances de voir le sommet du Fuji en été sont quand même faibles, on a rencontré des gens qui l’avait vu pour le lever de soleil. Nous avions de base abandonné l’idée de dormir dans le coin car le coût était élevé et car ça devenait le galère de repartir avec les sacs pour revenir à Tokyo le jour d’après.
  • C’est largement faisable de faire l’aller/retour à la journée, vous aurez le temps de vraiment en profiter là bas (on a même pris le train d’avant car on est revenu plus tôt).
  • Sachez qu’à la gare de Kawaguchiko il y a un stand pour les touristes étrangers, les gens y parlent très bien anglais et sont super sympas donc n’hésitez pas !

temple-fuji-6

Questions ?

Vous avez des questions sur cette journée au Fuji en été ? N’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous.

Leave a Reply

6 comments

  1. claire béranger

    bonjour Brice
    je compatis 🙂 à ton aventure de non-Fuji !
    j’ai lu dans un Courrier International de début janvier 17 qu’un certain Raoul Ries, photographe luxembourgeois, a traqué le Fuji en toutes saisons pour faire un livre.
    Il en conclut qu’il faut éviter printemps et été à cause des brumes, brouillards, pluies ou vapeurs en tous genre …
    http://www.courrierinternational.com/diaporama/diaporama-mont-fuji-ou-es-tu

    merci pour le reportage !
    je pars en birmanie, munie de tes conseils
    claire

    • Salut Claire,

      Ouai je savais que c’était pas la super saison mais bon tant pis ! On a tenté le coup et ça n’a pas fonctionné malheureusement 😀

  2. Nelfe

    Ahah on sent bien le cynisme sous la déception.
    Oups pardon, c’est pas bien de se moquer du malheur des autres mais tu tends le bâton 🙂
    Merci pour la promenade sympa même sans le Fuji !

  3. vermorel

    Bonjour
    je pars au Japon en octobre avec mon fils de 17 ans, et je me pose bcq de questions quant aux transports, est ce utile de prendre le rail pass qui coûte très cher à mon goût, nous arrivons à tokyo et nous pensons nous rendre à Kyoto également.
    merci de me préciser si c’est intéressant pour nous

    Brigitte

    • Salut Brigitte,

      Il faut que tu fasses des simulations sur Hyperdia avec ton trajet, cela dépend énormément de ce que tu fais pour les visites, si tu es sur la JR Loop pour l’hôtel, etc. Difficile de répondre comme cela 😀

Type to Search

See all results