On s’envoie un Monja, la spécialité de l’île de Tsukishima à Tokyo

Tokyo c’est plein d’expériences sympathiques, tu peux passer d’un vieux temple à un quartier ultra-moderne, tu peux prendre le thé dans un café avec des chats, tu peux perdre 50€ dans des machines pour gagner une peluche, tu peux faire un super Tokyo Safari et tu peux découvrir la gastronomie d’un quartier un peu par hasard. C’est ce dernier point que je vous montre avec le monja de Tsukishima.

Monja-cuisine

Monja ? Tsukishima ? île à Tokyo ? Brice on comprend rien

On va remettre les choses dans le contexte, c’est notre seconde journée à Tokyo avec Marie et on se retrouve par hasard à Tsukishima sur les conseils d’une amie (Yasmine, on est là). En arrivant à la station de métro un monsieur nous dit que c’est bien ici pour goûter le monja, à la base on avait pas prévu mais s’il y a de quoi manger ça nous intéresse encore plus !

Le Sud-Est de Tokyo possède encore quelques îles comme Tsukishima !

C’est parti pour se casser le ventre dans la rue du Monja

C’est donc en fin d’après-midi qu’on se retrouve dans les rues du Monja après avoir déjà découvert la petite île de Tsukishima (lire l’article). C’est simple la rue est piétonne et il y a des restaurants de Monja à droite et à gauche (difficile à rater).

On rentre dans un restaurant un peu par hasard (David des Tokyo Safari me dira ensuite que c’est un des meilleurs) et on se retrouve comme 2 imbéciles devant notre petite plaque chauffante, à côté de nous des adolescents sont en train de cuisiner donc on (enfin Marie… moi je vais me contenter des photos, une sorte de théorie des avantages comparatifs sauce Tokyo).

Oui mais comment on cuisine ça ?

Heureusement les japonais sont vraiment trop chauds du coup tout est prévu quand tu arrives, il y a un petit panneau plastifié qui t’explique comment tu dois préparer ça.

L’énorme avantage que l’on a c’est qu’une seconde fournée arrive pour les adolescents à côté de nous, du coup on peut voir comment ils font et au final ça parait assez simple.

Marie aux fourneaux, Brice aux photos

Tous les aliments arrivent alors dans un énorme bol, garde bien la belle image ci-dessous en tête car après c’est moins joli.

Marie renverse ensuite tous les aliments sur la plaque chauffante, dans l’idée c’est assez simple puisque tu peux comparer la base du Monja a une omelette de pomme de terre, tu fais cuir les pommes de terre mais tu fais attention pour pas cramer…

Et ensuite tu rajoutes les oeufs pour que prenne forme ton omelette, là dans l’idée c’est la même chose. Comme d’habitude tu fais attention que tout ne crame pas mais c’est facile.

T’as déjà remangé ton vomi ?

Faut quand même pas se le cacher l’aspect visuel du Monja est pas top du tout (faut appeler un chat un chat). Et c’est Jean-Michel euphémisme qui écrit ça.

Monja-tsukishima

Une fois que tout commence à être bien cuit tu “piques” sur la plaque chauffante directement avec ta petite spatule.

Le Monja ça ressemble à rien par contre dans l’assiette c’est vraiment bon. Je ne sais pas vraiment à quoi le comparer donc on va dire que c’est un mix entre une omelette et un pancake mais au Japon.

Par contre il faut vraiment se dépêcher de manger une fois que c’est cuit car après ça accroche pas mal et t’as l’impression de manger une poêle grillée.

Nous on en aurait bien pris un second mais on avait rendez-vous 1h plus tard pour notre super Food Tour dont j’ai déjà parlé. Du coup on est parti après la première tournée en direction de Yurakucho, notre point de rendez-vous pour encore une fois continuer de manger.

Conseils pour votre monja à Tsukishima

  • Pour trouver la rue du monja à Tsukishima c’est super facile, c’est une rue piétonne indiquée sur tous les guides (et même à la sortie de la station de métro) donc vous n’aurez aucun problème à trouver (et Tsukishima c’est pas grand). L’arrêt de métro c’est Tsukishima.
  • Je ne me rappelle plus du tout lequel on a pris mais le Monja n’est pas hyper cher, ça va de 6€ à 15€ en fonction de ce que tu veux (forcément le monja au maïs est moins cher que le monja complet salade-tomate-oignon).

  • Si vous passez par Tsukishima ça serait bête de ne pas aller goûter la spécialité locale, sinon ça ne vaut pas le coup de traverser toute la ville pour ça.
  • Si vous préparez votre premier voyage au Japon vous manquez sûrement de connaissances (comme moi !) sur la nourriture japonaise que l’on résume souvent aux sushis, je vous invite à lire la page Wikipedia des okonomiyakis car c’est une part importante de la gastronomie nippone (comme les ramens, les udons, le curry, etc.).
restaurant-monja-tokyo

Le restaurant où je suis allé !

Question ?

Vous avez des questions sur le monja ou tsukishima ? N’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous.

Leave a Reply

6 comments

  1. alain perennes

    J’adore le lapsus dans ton texte : ” on avait RENDU une heure plus tard pour notre super food tour..c’est pas plutôt rendez vous😊

    • J.M. MARTIN

      Je suis d’accord avec toi mais tu as dû louper “tu fais cuir les pommes de terre” … Mâchonner du cuir, très honnêtement, ce n’est pas terrible sur le plan gustatif, même si l’on comprend la faute de frappe .

      Bien cordialement . J.M. MARTIN

  2. Romain R

    Le monja (Tokyo) c’est quand meme beaucoup moins bon que l’okonomiyaki (Osaka)… Et meme les gens de Tokyo le disent, malgre la rivalite entre les 2 villes 🙂
    Pour moi, c’est un des pire plats du Japon (avec le cartilage frit ou le nato). Au dela de l’aspect visuel que tu decris bien dans l’article, ca n’a pas de gout et ce n’est pas pratique a manger (ce n’est que mon avis, hein…)
    Mais c’est vrai que le quartier de Tsukishima et les alentours sont bien sympas… (et Odaiba n’est pas loin non plus)

    • Attention à Hiroshima ils disent que l’Okonomiyaki vient de là bas 😀 Ouai je préfère aussi les Okonomiyakis !

      • Romain R

        A Osaka on dit qu’a Hiroshima ils font des “Hiroshima-yaki” :-p

Type to Search

See all results