Croisière dans le Sud Laos – La vie au bord du Mékong

Aujourd’hui je vais vous parler de la vie le long du Mékong, j’ai en effet eu la chance de prendre part à la seule croisière dans le Sud du Laos sur un vieux navire rénové qui servait autrefois à transporter le teck sur le fleuve. Après vous avoir montré ce qu’on voyait lors de la descente du Mékong, je vous parle aujourd’hui de la vie sur les rives du fleuve.

village-bord-du-mekong

Remise en contexte pour la croisière

On est où au Laos ?

Je vais vous parler de la vie sur les rives du Mékong dans le Sud du Laos, en effet au cours de ma croisière entre Paksé et les 4000 îles sur le Vat Phou j’ai eu l’opportunité de m’arrêter plusieurs fois pour voir autre chose qu’uniquement le grand fleuve. On s’arrête pour découvrir des vieux temples, un petit village, bref le paradis avec le Mékong en arrière-plan.

La seule croisière du Sud du pays entre Paksé et les 4000 îles

La croisière est assez spéciale car c’est le seul bateau à naviguer dans la région du Sud-Laos. Dans le Nord du pays et notamment entre Luang Prabang et Huay Xay il y a de nombreux bateaux et les possibilités sont infinies (le bateau local qui met des jours, le bateau haut de gamme, le bateau “pas mal”, etc.). Ici le Vat Phou est le seul navire à naviguer dans la région et donc lorsqu’on s’arrête dans un village t’es sûr de croiser personne et t’es certains d’être l’attraction principale rapidement !

En théorie je pense qu’il est possible de passer dans ces villages en moto ou par vous-même, mais dans la pratique 2 sur 3 sont sur la rive Ouest du Mékong et peu nombreux sont les voyageurs dans le coin (déjà dans le Sud du Laos y’a pas grand monde alors dans les endroits perdus du Sud du Laos…).

Premier arrêt, le village de Tomo

J’avais déjà entendu parler de Tomo lors de la journée précédente avec la visite du Vat Phou, le musée y faisait référence comme un autre lieu important pour l’histoire de la région. Du coup je suis assez content d’apprendre qu’on s’y arrête. Coup de bol mais il y a en plus un habitant du village qui est en train de pêcher, comme perdu dans l’immensité du Mékong (on voit bien à l’arrière les montagnes, c’est là qu’est le Vat Phou).

Le village de Tomo est très beau avec quelques maisons sur pilotis magnifiques. D’ailleurs on pourrait s’y méprendre mais ça ressemble beaucoup à l’île de Don Daeng que j’ai pu visiter quelques jours plus tôt. On traverse lentement tout le village qui semble encore plus endormi que les autres, quelques personnes âgées qui patientent ça et là et des enfants qui jouent à l’ombre.

Bon j’ai dit que ça ressemblait à Don Daeng mais il y a en fait une différence énorme, les rizières autour du village sont encore présentes et une partie des villageois est en train de couper le riz. C’est parfait pour les photos et en plus les gens sont super sympas, j’ai le droit à des sourires et à des coucous !

Après les rizières on s’enfonce dans la forêt pour découvrir les ruines de Tomo, c’est des ruines qui datent de l’époque du Vat Phou, cependant là il n’y a eu aucune restauration donc ce n’est pas la folie ! Il faut être curieux plus que vouloir faire des photos magnifiques ou espérer voir de grands temples. Ping (le guide du Vat Phou) me donne pas mal d’informations sur la zone mais j’ai tout oublié, Mea Culpa. En revanche petit détail amusant dont je me rappelle très bien, à l’entrée de la foret les gens entreposent les objets qu’ils trouvent en se baladant. En dessous d’un arbre tu as donc des reliques d’un passé un peu oublier, c’est assez marrant (en espérant que ça soit restauré un jour).

En retournant vers le bateau j’ai une vision très jolie à travers les arbres. On ne s’en rend pas compte sur cette photo mais le bateau est à fond plat et à ce moment il s’est volontairement échoué ! Et oui en sortant du bateau on n’avait de l’eau que jusqu’aux genoux !

Un autre village sur les rives du Mékong

Après une grande partie de la journée passée à se balader sur le Mékong on s’arrête en fin de journée dans un autre village au bord du Mékong. On quitte le bateau et on arrive directement dans le village, là aussi on a principalement des grandes maisons sur pilotis mais cette fois un peu plus de paraboles (et oui, sont pas fous les laotiens ! j’avais d’ailleurs remarqué des paraboles absolument partout quelques années auparavant dans les 4000 îles).

Le village est assez marrant car il se compose d’un simple chemin de terre avec des 2 côtés des maisons et le Mékong en arrière-plan, au moins c’est pratique pour rencontrer les gens car tu risques pas de te perdre (et les enfants sur des vélos te repèrent facilement !).

En passant devant une école je suis assez surpris car il y a un terrain de pétanque, Ping m’explique en fait que la pétanque est un sport assez répandu au Laos, d’ailleurs en passant cette école est un des projets humanitaire/fondation de la croisière (j’ai vu le logo dessus mais je sais pas vraiment à quoi ça correspond niveau aide et financement, il faudra poser la question vous-même !).

On ne s’en rend pas vraiment compte sur les photos mais le village est vraiment très poussiéreux, il y a quelques 4×4 qui passent à l’arrière et tout est tellement sec qu’on se croirait quelques instants dans une retransmission du Paris-Dakar.

Heureusement ça ne dure pas et on attire du coup un enfant qui arrive vers nous avec son lance-pierre !

D’ailleurs j’en profite mais le village était une aubaine pour les portraits, que des gens curieux et sympas, de l’enfant qui sort avec une énorme tige à la fripouille avec son lance-pierre ou la dame qui tenait un petit magasin et à qui j’ai acheté 2-3 trucs (j’aime bien acheter 2-3 trucs dans les petits villages, ça fait vivre un peu tout le monde !).

On retourne ensuite sur le bateau et on continue de descendre le Mékong, c’est tout simplement magnifique et très agréable (sur la terre-ferme il fait très chaud car on est au mois d’avril, sur le bateau en revanche il y a toujours une petite brise et c’est très agréable).

Le dernier village pour le coucher de soleil

Le soleil descend tout doucement sur le Mékong à ce moment et j’espère qu’on arrivera au dernier village avant le coucher de soleil, mon vœu est à moitié exaucé puisqu’on arrive juste après le coucher de soleil mais qu’il reste beaucoup de lumière ! Je quitte donc très rapidement le bateau et je pars me balader dans le village. Je n’osais y croire mais là encore il reste des rizières et elles sont quasiment dans le village !

Je me balade comme un fou dans les rizières, les villageois sont en train de récolter certaines parcelles et avec les petites maisons en arrière-plan c’est diablement photogénique. En plus après quelques réticences je fais rigoler tout le monde (il y a toute une famille dans les rizières) et j’ai donc le droit à de grands sourires !

Je traverse leur maison (enfin je passe en dessous, c’est encore une fois une maison sur pilotis) et je me retrouve sur la route principale qui est entourée de rizières, je tombe par hasard sur 2 laotiens qui font aussi partie de la croisière et on continue de marcher le long de la route avec les rizières autour de nous.

On s’en rend bien compte sur les photos mais la lumière baisse très vite à ce moment, je capte les dernières lumières sur une petite maison et je range à moitié l’appareil photo, la nuit est tombée ! Chose marrante sur la photo ci-dessous mais en la prenant je pensais simplement faire une photo normale alors que quelques heures après sur le pc je le trouvais vraiment superbe (ça arrive parfois).

Sur le chemin du retour et alors qu’il fait totalement nuit je ressors l’appareil photo, il y a quelques dames qui sont venues au wat pour une cérémonie devant le moine. Je pose mon appareil photo et commence à faire des photos de nuit (qui seront de piètre qualité je le sais, mais je souhaite capter le moment), derrière moi j’ai 2 enfants qui sont subjugués par ce qui s’affiche sur l’écran de l’appareil photo. Sur le bateau j’apprendrai que c’était une cérémonie pour apporter le bonheur et un bon karma à tout le monde.

Informations concernant cet article :

J’ai effectué cette croisière (Vat Phou) en 3 jours et 2 nuits en descendant le Mékong de Paksé aux 4000 îles, ces 3 villages sont visités dans ce sens lors de la seconde journée de croisière. Il est possible d’accéder à ces villages par vous-même je pense mais c’est relativement compliqué (2 rives différentes du Mékong) et surtout sans intérêt (vous trouverez des villages comme ça partout si vous le souhaitez). Tomo vaut quand même le coup car c’est très proche de Champassak & Don Daeng (d’ailleurs en remontant depuis les 4000 îles vous verrez peut être le panneau indiquant Tomo) mais pour les 2 autres villages ils sont vraiment beaucoup plus loin. Plus que pour des informations ou des “vous devez absolument visiter ce village” j’ai surtout écrit cet article pour vous faire ressentir la vie et ces villages au bord du Mékong, vous ne devez pas impérativement venir visiter ces villages (c’est pas comme Champassak ou Don Daeng que je vous recommande chaudement), des villages il y en a des milliers dans la région donc si vous ne faites pas la croisière passez votre chemin.

Questions ?

Vous avez des questions à propos de ces villages sur les rives du Mékong ? N’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous.

Leave a Reply

Type to Search

See all results