Grand Prix de Bali !

Aujourd’hui je découvre ce que c’est de passer de vacances de riche dans le meilleur Resort-Golf de Bali, pouvoir taper dans la babale dans les rizières ça doit quand même être sacrément dingue.
Bref aujourd’hui ça se passait une nouvelle fois sur la route, globalement tout s’est bien passé sauf un client pour lequel je devais – en théorie – tout gérer mais le mec m’a roulé dessus car il avait pas le temps.

J’étais évidemment très content avant d’enchaîner sur un autre rendez-vous où le mec ne parlait pas vraiment anglais, en étant gentil il parlait un dialecte comprenant quelques mots d’une sombre langue germanique.
Mais bon au moins c’était un bon vivant et il nous a proposé de boire un coup sur la terrasse de son resort avec piscine à débordement en face de la mer.

J’ai pu expérimenter la conduite à Bali avec la journée en scooter, globalement ça roule quand même assez bien pour de l’Asie, par contre c’est assez bizarre mais ici ils ont une gestion différente de la route, explications :
En fait il n’y a pas vraiment de voies de circulation, j’entends par là qu’il y a évidemment des lignes peintes sur le sol mais que personne ne respecte le concept et que chacun fait sa ligne droite, parfois la voie la plus rapide est à droite, mais au feu rouge suivant ça sera à gauche.
Il y a quand même des risques à conduire ici :
  • C’est l’Asie (pas besoin d’expliquer)
  • les routes sont vraiment vraiment pas larges, donc quand un scooter double une voiture c’est quasiment le face à face avec une marge d’un mètre (et en se croisant à 70kms c’est relativement impressionnant).
  • La police mange avec l’argent des touristes et des locaux, ils arrêtent un scooter et ils vérifient tout afin de recevoir leur petit dessous de table, le prix pour un local c’est 20 000 Roupiah mais pour les étrangers c’est 50 000 minimum).
Pour éviter de donner se faire arrêter par la police ou de donner de l’argent il y a quelques petits tips que m’ont donnés ceux qui travaillent ici :
  • A toutes les intersections avec des policiers tu te places à droite et surtout pas devant, tu restes derrière un van et t’es à peu près sûr  que le policier va pas arrêter toute la circulation pour toi.
  • Tu ne regardes JAMAIS la police.
  • Si ils t’arrêtent tu fais le coup du “je travaille ici, je suis en chemise, j’en ai ras le bol c’est la troisième fois que vous m’arrêtez cette semaine, je suis pas un touriste”.
  • Tu places toujours 50 000 roupiah dans une de tes poches et toute ton argent restant dans l’autre.
Je vous rassure, ça c’est la théorie mais je pense que je vais y avoir droit et que ça va être plus compliqué que ces quelques lignes pour s’en sortir !

Aujourd’hui on a vu 2 scooters d’Australienne se faire rouler dessus, elles avaient pas vraiment l’air inquiètes.

Le petit problème en faisant du scooter c’est que j’ai la marque de la visière sur le visage (C’EST VRAIMENT MAIS ALORS VRAIMENT PAS DRÔLE) et surtout des coups de soleil immondes sur les mains, j’ai l’impression de les avoir dans un four en permanence (du coup le sentiment est pas dingue).

Après avoir fini de travailler je fonce à la plage pour essayer de faire quelques clichés pas trop mal avant qu’il fasse nuit noire :

Une énorme fête religieuse se prépare dans le village, je vais essayer de me motiver pour aller prendre quelques photos demain matin mais je pense que ça va être difficile, j’ai vraiment besoin de sommeil (non vous ne rêvez pas, même pour moi le fameux “c’était mieux avant” s’applique).

Leave a Reply

Type to Search

See all results