De Kampot à Kep

Réveil matinal pour bibi en ce dimanche, la météo était horrible hier, j’ai donc prié le bon dieu toute la nuit et devinez quoi ? il a daigné me donner du soleil sur Kampot. Je pars donc faire des photos sur l’itinéraire que j’avais repéré (faut pas croire, je prépare à mort). Au bout de 5 minutes je commence déjà à me plaindre car il fait trop chaud, c’est l’histoire d’un français à Kampot en fait.

IMG_0975

C’est le style architectural néo-colonial, une maison en somme !

Je pars visiter Kampot

Je continue mon petit bonhomme de chemin dans la kampot, m’arrêtant ça et là pour tenter de prendre le cliché de l’année (je perds pas espoir, c’est déjà ça). Malheureusement mes photos ne sont pas dingues. Je suis pas en jambes comme dirait un footballeur.

Il y a l’air d’avoir beaucoup de business tenus par des français à Kampot (étonnant), tout du moins de nombreux restaurants ont des noms français. Pour une fois je reconnais que le tourisme est vraiment important pour l’architecture, toutes les maisons qui sont tenus par des bouis-bouis sont dans un sale état, c’est parfois agréable d’avoir des bâtiments d’époque (un peu comme lors de mon arrivée à Penang en Malaisie ou lorsque j’ai un peu plus visité la ville) mais ici c’est vraiment plus sur le point de s’effondrer qu’autre chose (j’en rajoute légèrement mais vous m’avez compris).

IMG_0963

Une belle facade !

Je vous encourage à aller regarder les photos de Kampot, j’ai mis quelques belles photos sur le Facebook.

La plus grosse bouse de Kampot

En repartant vers mon hôtel je tombe sur le monument à ne pas rater à Kampot:

IMG_0976

Un doctorat en graphisme de Harvard pour sortir cette merde…

Et ouai mon gars ! la fameuse place de l’an 2000, c’est quand même particulièrement immonde. On peut remarquer que le responsable du nettoyage de la ville s’est rendu compte qu’il fallait faire un truc, il laisse donc le monument décrépir et d’ici une dizaine d’années on pourra le démolir.

Le départ à Kep

Je l’écris deux fois pour ceux qui ne comprennent pas, c’est vraiment la route de l’enfer (l’épopée est relatée ici). Cette fois je m’occupe d’une nouvelle façon, je regarde, que dis-je, j’admire les autres touristes habitués à l’A7 et qui sont cette fois-ci sur ce que le Cambodge fait de mieux. La pauvre femme devant moi à failli nous claquer entre les mains lorsque le bus a penché à plus de 20° et le japonais a pris 30 photos de l’intérieur du bus, visiblement il n’y en avait pas une de droite.

IMG_0998

Tout ça pour être témoin de cette superbe oeuvre d’art, ça valait vraiment le coup.

La raison de ma venue à Kep est assez simple, c’est la ville du crabe au Cambodge (un peu comme Marseille pour les cambriolages), je dois donc prendre des photos de crabes pour la boite. Je fais donc un petit tour de la ville avant de me rendre au marché. Le récit du marché arrivera demain dans un article spécial.

IMG_1023

Ça ressemblera à ça des crabes dans un panier !

Retour à Kampot en tuktuk

Lorsque je rentre à Kampot, je retourne sur le terrain afin de prendre des photos, globalement les heures les plus belles d’un point de vue de la lumière sont les deux premières heures de la journée et les deux dernières, le problème c’est que pour les 2 premières heures le matin faut se lever à 5h, je passe mon tour mais je suis présent pour les deux dernières.

J’arrive à faire quelques belles photos dont celle ci-dessous. Je rentre juste après pour discuter avec ma nouvelle pote de 3 jours (c’est les potes que tu te fais dans une guesthouse, tous les 3 jours tout le monde change donc tu connais une personne au maximum 3 jours), une jolie américaine qui travaillait à Yellowstone, elle m’a encore plus donné envie d’y aller.

IMG_1068

Si vous avez apprécié cet article, vous pouvez le liker sur facebook, le tweeter, le montrer à votre ex ou le copier dans votre déclaration de logement pour toucher les APL.

Leave a Reply

Type to Search

See all results