Le pavillon d’or, apogée de ma journée à Kyoto

Après une première journée éreintante à Kyoto à la poursuite du temple de Kiyomizu-Dera et du Shõren-In, je me lance dans une seconde journée d’exploration de cette ville au patrimoine exceptionnel. Je dois aujourd’hui découvrir la partie nord-ouest de la ville avec un programme “La boule / Maïté” (comprendre très lourd).

bus-kyoto

Le chauffeur du bus qui s’arrête en plein milieu de la route pour ramasser une poubelle sur la route…

Nijõ-jõ ou le château de Kyoto:

Ma première étape sera le château de Kyoto, je pars prendre le bus avec 2 espagnols de ma guesthouse, c’est la première fois que je prends le bus, tout est super facile mais il y a pas mal de monde (pas d’inquiétudes c’est toujours super organisé). Le chauffeur s’arrête en plein milieu de la route afin de ramasser une poubelle, après 2 mois au Cambodge ça fait vraiment bizarre (au Cambodge au moins il n’y a pas de bus, comme ça c’est réglé).

chateau-kyoto-japon

Des enfants viennent nous poser des questions à l’entrée du château, moi je trouve ça cool car je sais que j’aurai ma petite photo à la fin. Les deux filles partent directement car elles ne veulent pas répondre, ça commence mal. Ils posent pas mal de questions sur mon choix concernant Kyoto, comment je suis arrivé au château… je me dis que l’office du tourisme ne doit pas payer cher pour ses études de marché (comme quoi il n’y a pas qu’en Chine qu’on fait travailler des petits asiatiques pour pas un rond).

enfants-kyoto

J’ai fait tout juste au questionnaire !

C’est la première fois que je visite un monument avec d’autres personnes, pour être franc ce n’était pas la meilleure expérience de ma vie (un sentiment très “traumatisme crânien”). Nous n’avions tout simplement pas les mêmes attentes. Elles avancent quand je fais des photos et inversement (je vous rassure on ne se rentre pas dedans). Le château en quelques images ça donne ça (pour rappel vous pouvez cliquer sur les images afin de les agrandir dans toutes les galeries).

chateau-jo-kyoto-japon douve-chateau-kyoto

Après une grosse demi-heure de visite, je dois dire que je suis un peu déçu du château qui n’en est pas vraiment un. C’est plus un temple avec une enceinte, moi je voulais un Versailles bis ! En plus il commence déjà à faire 900° (j’ai l’impression de retourner en Malaisie), on est loin du superbe château d’Osaka mais l’ensemble est quand même agréable à visiter.

Les jardins du château d'Osaka appelé Nijo-Jo

NOTE POUR LES ÉPILEPTIQUES: compte-tenu du faible temps disponible pour la photo elle est vraiment très lumineuse, WorldWildBrice décline toute responsabilité en cas de pépin physique.

Le Daitoku-ji sauce curry:

Je sors du château et je mets une petite banane aux espagnols en disant que je veux faire un autre temple qu’elles (elles sont visuellement impactantes mais c’est à peu près tout), je me retrouve donc dans un autre bus dans lequel je rencontre un couple d’Indien, évidemment nous discutons tout de suite curry, rickshaw et bruit.
Ils sont super sympas (deux fois que je dis du bien d’un indien dans la même semaine, un record), je remarque très rapidement qu’ils sont riches puisqu’ils voyagent au Japon et que la femme n’a quasiment pas d’accent (son mari très léger).

parc-ryoan-ji-kyoto

C’est la meilleure photo d’eux que j’ai, oui c’est les 2 ombres à gauche !

Je vais passer quasiment la journée avec mes nouveaux potes, en plus le mari est vraiment un excellent photographe donc il donne quelques conseils (ses photos sont à tomber par terre). Ce n’est pas l’avis de sa femme qui n’en peut plus de voyager avec quelqu’un qui ne prend que des photos (du coup je dois défendre les deux, solution pas facile).
Le premier temple que nous faisons ensemble est le Daitoku-Ji, bon il était pas mal mais le problème c’est qu’on a fait le tour en 5 minutes et que l’entrée coûtait 3€. Je discute beaucoup avec la femme puisque son mari préfère faire des photos dehors, ils tiennent une société d’informatique à côté de Madras et elle est ravie de pouvoir discuter avec quelqu’un d’autres de son pays avec autant de précisions (oui je viens de me lancer des fleurs).

daisen-in-daitoku-ji-kyoto daitoku-ji-daisen-in-kyoto img_3040

Lorsque nous quittons Daitoku-ji, nous savons que la prochaine étape devrait être sublime, nous nous dirigeons en effet vers le fameux pavillon d’or, carte postale absolue de la ville de Kyoto.

Le temple d'or de Kyoto, communément appelé le golden temple.

Roulements de tambour !

Le fameux pavillon d’or:

Lorsque j’arrive au pavillon d’or je recroise les espagnols, elles sont dithyrambiques sur le pavillon (c’est donc mauvais signe). Bon pour être honnête elles avaient raison, c’est quand même une énorme claque, il y a beaucoup de monde mais ça reste “jouable” (après avoir regardé comme une sardine le soleil se lever sur le Kanchenjunga à côté de Darjeeling je crois que je suis marqué à vie). Comme d’habitude en Asie les gens sont petits donc en poussant un peu on prend sa photo facilement (n’imaginez pas que je mette un coup d’épaule à quelqu’un pour prendre ma photo, enfin…). Il n’y a pas grand chose d’autre à voir mais la vue est franchement sublime. Il y a toujours plein de choses que nous ne comprenons pas sur ce pays, des personnes qui sont là à attendre quelque chose qui ne vient jamais, une personne qui arrose tout le temps des pierres pour garder la poussière, un mec qui s’occupe de fluidifier le trafic devant le golden pavillon avec une efficacité déconcertante, bref c’est le Japon.

pavillon-or-cote-kyoto golden-pavillon-kyoto

Pour la petite histoire la pavillon d’or (comme de nombreux autres temples du Japon) a été incendié puis reconstruit de nombreuses fois, il a même été incendié par un moine dans les années 1950 (comme quoi les pyromanes en Provence sont pas les seuls). Il est entièrement recouvert d’or et sert à conserver les reliques du Bouddha (il est vraiment partout ce mec).

Ryõan-ji, dernière étape avant le palais impérial:

On enchaîne sur le quatrième lieu de la journée, un autre parc avec un temple au milieu (ça semble un peu redondant mais dans la réalisation c’est souvent très différent).

ryoan-ji-kyoto-feuilles Le Ryoan-Ji est magnifique, un énorme étang dans les jardins rend le paysage vraiment différent. Il y a malheureusement beaucoup de monde dans le temple surtout que nous arrivons en même temps qu’une école (j’ai l’impression de visiter avec tout le village schtroumpfs muni de casquettes jaunes). Nous faisons un petit tour du parc (le soleil commence à tomber donc la lumière devient beaucoup plus belle). C’est dans un magasin touristique à côté du temple que j’ai l’idée du cadeau pour mes neveux, je vais acheter des sabres (ma sœur était franchement pas emballée à l’idée de voir ses enfants se battre avec des sabres en bois, moi je trouve ça cool).

etang-kyoto-ryoan-ji statue-ryoan-ji-kyoto portes-ryoan-ji-kyoto ryoan-ji-kyoto

Nous repartons ensuite vers le bus, c’est là que je quitte mes nouveaux amis, ils se dirigent à l’est de la ville quand je me dirige vers le palais Impérial au centre de la ville. C’était vraiment une super rencontre, ils étaient bien sympas ces indiens. C’est juste dommage de ne pas avoir fait plus de photos d’eux.

L’échec du palais impérial:

J’arrive donc au Palais Impérial, il faut savoir que vous ne pouvez pas le visiter si vous n’avez pas réservé (sinon ça serait trop simple). Je tente quand même ma chance en marchant dans le parc, malheureusement il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent (enfin pour être plus synthétique il n’y a strictement rien). La journée est déjà très avancée et je commence à être fatigué, je lis mal la carte et je me retrouve à faire 30 minutes de marche pour rien (le bruit du gravier sous mes pas, quel bonheur), quand j’arrive enfin à sortir du bon côté le bus passe devant moi et je dois attendre 30 minutes pour le prochain. Je suis très content de cette escapade au palais impérial.

palais-imperial-kyoto

En 40 minutes au palais impérial c’est la chose la plus belle que j’ai vu, oui je parle de maman nuage avec son petit.

Je me pose contre une pierre, je me dis que je suis un âne de m’être trompé en lisant la carte mec malchanceux, je suis au bout de ma vie, je jette la carte dans mon sac et je pars à l’aventure vers le sud, mon but est de trouver le marché de Kyoto qui répond au doux nom de Nishiki (c’est pas du tout doux mais pour des raisons éditoriales j’ai utilisé cette expression).

Je me balade dans les rues de Kyoto un peu au hasard, je demande mon chemin mais la charmante demoiselle n’est pas de Kyoto (classique, je fais la même à Aix en Provence quand je n’ai pas envie de répondre).

rue-kyoto

Pour la première fois je tombe sur une église au Japon, je prends une photo tellement je suis surpris de cette présence, c’était peut être la scientologie remarque.

eglise-kyoto

C’est pas la cathédrale de Reims mais bon !

La découverte du marché de Nishiki:

Après une grosse demi-heure je tombe complètement par hasard sur le marché, ça à l’air super sympa !

nishiki-market-allee

nishiki-market-poisson

nishiki-market-downtown-kyoto

En arrivant je passe le long d’un restaurant de Sushi, c’est l’heure de se faire un petit plaisir (enfin il est 17h mais j’ai quand même une crise de boulimie).

nishiki-market-2

C’était soit ça soit des Sushis, j’ai rapidement fait mon choix !

Je passe ma commande de la plus simple des façons en pointant ce que je veux dans la vitrine, je suis un peu l’attraction pour les employés, c’est un tout petit restaurant et ils sont très curieux de la façon dont je vais manger ça. Heureusement je fais un sans faute (j’avais pas mal la pression). J’ai un peu triché en ingurgitant d’un coup un Maki, bon c’était soit ça soit le massacre donc j’ai tout mis d’un coup.

nishiki-market-sushis

Alors que je suis prêt à partir deux français rentrent dans le restaurant, ils veulent essayer les sushis ! Du coup on tape la discute pendant une bonne demi-heure, visiblement j’ai raté une rue super sympa d’Osaka, tant pis ça sera pour une prochaine fois. Le second français est steward et lorsqu’il parle des indiens tu sens tout de suite que New Delhi c’est vraiment pas son délire.

Je rentre à l’hôtel complètement mort, j’ai fait une journée vraiment folle, j’ai essayé de visiter avec pas mal de gens mais au final je préfère lorsque je fais ça tout seul, c’est assez difficile de visiter avec des contraintes lorsque tu es habitué à tout faire seul.

Le soir je rencontre des français assez cool, on discute pas mal et on enchaîne sur un autre sushis, Je vais me coucher façon “enclume” après le restaurant, je suis vraiment au bout du rouleau.

rue-coucher-soleil-kyoto

Good night Kyoto !

La suite:

La bonne nouvelle est que les deux prochains jours à Kyoto seront moins orientés sur les temples, mon prochain article parlera de mon escapade dans la forêt de bambou d’Arashiyama.

Si vous avez apprécié cet article n’oubliez pas d’en parler chez votre coiffeur et de liker l’article sur Facebook (variante possible en likant l’article sur Facebook chez le coiffeur).

La foret de bambou d'arashiyama à l'ouest de Kyoto

La forêt de bambou d’Arashiyama !

 

Leave a Reply

4 comments

  1. Si j’ai bien compris, c’est un peu la version japonaise du Temple d’or d’Amritsar ce Pavillon d’Or et en beaucoup moins indien du coup. Si c’est la même claque qu’au Temple d’or, c’est assurément à ne pas rater !

    • Oui c’est un peu ça, mais on est quand même très loin du sentiment au golden temple, il n’y a pas toute cette spiritualité,et l’impression de rentrer dans quelque chose de différent, là c’est beau mais c’est à peu près tout (et puis c’est vraiment un chemin “IKEA” où tu avances et c’est fini).

  2. Pingback: Visite de Nara, la première capitale du Japon | World Wild Brice

  3. Pingback: Ma dernière journée à Kyoto | World Wild Brice

Type to Search

See all results