Mrauk U : Les femmes araignées des villages Chin

L’excursion dans les villages Chin est un classique de Mrauk U que quasiment tout le monde fait. Décrite comme assez authentique dans les guides, elle est en fait très peu intéressante. Retour sur une journée que j’aurais préféré passer dans les magnifiques temples de Mrauk U plutôt que sur un bateau !

villages-chin-mrauk-u (5)

Beaucoup de chemin pour rejoindre les villages Chin

Déjà il faut comprendre qu’il faut 30 minutes en voiture pour rejoindre l’embarcadère des bateaux, puis 2h30 de bateau pour rejoindre le premier village. Si vous avez franchi avec succès le CE1 vous savez donc qu’il y a au grand minimum 6h de transports dans la même journée, ce qui fait beaucoup. Enfin c’est même énorme, si encore c’était 6h dans des plantations de thé je dis pas, mais avec le moteur à pleine balle c’est à devenir dingue !

villages-chin-mrauk-u (4)

Les paysages sur le fleuve

Les paysages sur le fleuve sont assez beaux, malheureusement c’est aussi assez redondant car il y a assez peu de changement dans la topographie du terrain, après 1h vous avez donc l’impression de revoir la même chose.

excursion-village-chin (6)

Ce n’est pas  un “problème”, mais sachez que tout le monde à piqué un petit somme sur le retour (enfin on va plutôt parler d’une très grosse sieste), ce qui montre bien que nous n’étions pas subjugués par le paysage.

excursion-village-chin (3)

L’embarcadère pour les bateaux !

Vous croiserez pas mal d’embarcation, comme pour le lac Inle l’eau est ici le principal moyen de transport. Des petites pirogues avec des enfants au gros bateau chargé de bois, spectacle garanti.

villages-chin-mrauk-u (3)

Les femmes tatouées en araignée

Les femmes tatouées sont présentes dans plusieurs villages, néanmoins sachez qu’elles sont très peu nombreuses, vieilles et qu’elles ne donnent pas l’impression d’adorer faire ça. Dans le premier village elles se transforment en VRP pour vendre des tissus, rien de bien “authentique” comme nous l’expliquait pourtant le Lonely Planet.

birmanie-village-chin-tatouage-araignée

Le second village Chin que nous avons visité était plus riche et les quelques femmes tatouées ne faisaient aucun business, cependant il n’y avait pas grand chose à voir. Les paysages sont sympathiques mais pas de quoi se pavaner.
villages-chin-mrauk-u (1)

Enfin pas grand chose à voir c’est vite dit. Je me suis donc bien marré en prenant des enfants qui se battaient pour une noix de coco en vidéo. J’ai par la suite passé 10 minutes à leur montrer et remontrer et encore remontrer le clip, ça les rendait dingue (c’est surtout l’enregistrement audio qui attirait leur attention car ils s’entendaient parler !).

villages-chin-mrauk-u (2)

Petit moment de bonheur !

N’allez pas me dire que je m’émerveille devant rien, cependant passer la moitié d’une journée dans un bateau et une voiture pour voir un village Chin je trouve ça beaucoup, surtout quand on se retrouve dans un demi-zoo.

excursion-village-chin (4)

Le Zoo ou l’aide financière ?

C’est la grande question à laquelle il est impossible de répondre, d’un côté il y a ce côté zoo qui est présent et d’un autre ces villages sont dans une pauvreté extrême et sans aucun moyen de se développer. Il y avait d’ailleurs très peu de jeunes âgées de plus de 10 ans, tout le monde part du village, c’est une évidence. Faut-il aller dans les villages ? Ma première réponse serait de dire non car c’est vraiment assez malsain, cependant c’est aussi le seul moyen de subsistance de ces dames…

touristes

Allez on fait un beau sourire les filles !

La source de revenue du tourisme est une bonne façon de faire de l’argent pour les femmes Chin tatouées puisqu’elles vendent des tissus. Pour notre part nous n’avons pas du tout aimé et avons été très gênés par cela. Lorsque j’ai pris la seule photo d’une femme avec un tatouage “araignée” une fois tout le monde parti, je me suis vraiment demandé ce que je foutais ici. C’était ma seule et unique et je dois dire que j’étais “vacciné” si je puis dire.

Libre à vous de faire votre choix maintenant que vous savez où vous mettez les pieds, nous n’avions trouvé aucun compte-rendu de cette excursion dans les villages Chin et nous ne savions donc pas vraiment à quoi s’attendre.

excursion-village-chin (7)

Questions ?

Vous hésitez toujours à faire cette excursion depuis Mrauk U et avez des questions ? N’hésitez pas à publier un commentaire.

Leave a Reply

20 comments

  1. Alain

    Alors la je dis NON …j’ai été très mal à l’aise en lisant ce récit même si tu n’y e pour rien puisque c’était ton ressenti
    cela me fait penser à l’exploitation des femmes girafes en Thaïlande
    bon tournons la page ….

  2. Alix

    Parce que ça pique les yeux: araignée 😉

  3. Rico

    Brissou,

    La question de l’exploitation touristique des villages tribaux est le marronier du tourisme en Indochine et génère toujours des discussions infinies.
    Pour ma part j’estime qu’il n’ y a rien de malsain à témoigner de ces cultures en déclin, par des photos, un article de blog, ou un achat de leur artisanat local. Les occidentaux, et les Français en particulier ont un vieux réflexe de culpabilité post coloniale qui assimile à de l’exploitation tout ce qui n’est pas désintéressé.

    Un exemple de cercle vertueux : le textile des Tay Lu au Nord Est dde la Thaïlande a été sauvé in extremis d’une disparition complète il y a quelques décennies par l’intérét qu’y ont porté plusieurs universitaires américains faisant du tourisme dans le coin.

    Néanmoins, il est clair que un touriste qui se moque des cultures tribales et de leur textiles associés va perdre son temps dans de tels endroits. Il faut juste être clair sur ses centres de curiosité et d’ intérêt.

    • Salut Rico,

      Des Chin il en reste pas mal, là je t’assure que ça fait un peu village désolés, je suis bien conscient des avantages aussi et j’en parle d’ailleurs dans l’article mais je n’ai toujours pas de répones, peut être que dans 20 ans j’aurai plus de certitudes !

  4. FabGreg

    A la base, je m’interrogeais, car guides et carnets de voyage n’évoquent que les fameuses “femmes-araignées”. Un zoo-tourisme qui ne m’attire pas. Mais j’imaginais un intérêt dans le paysage ou dans les villages eux-mêmes.

    Ton compte-rendu m’aura convaincu que ce n’est pas pour moi.

    Merci

    Fabrice

    P.S. : au Laos, j’ai eu la chance de passer 2 jours aux environs de Muang Khua me permettant d’approcher la vie de villageois très à l’écart de la “civilisation” (= 1 journée de marche depuis la moindre route). Suffisamment à l’écart pour que la femme du chef demande si la couleur de mes cheveux était naturelle. Car les rares occidentaux qui leur rendent visite (avec nous, cela faisait 4 en 1 an) sont généralement jeunes, d’où la surprise de voir mes cheveux grisonnants.

  5. parenthesenfamille

    Bonjour Brice,
    Je découvre ton blog ce jour, et bavro pour les photos.

    Nous venons de faire cette “expérience”, mais avons fait le choix de rester une nuit dans un village Chin.
    La première journée est comme tu le décris, assez décevante et l’impression réelle de visiter un zoo.

    Mais, en restant sur place, et donc en se laissant un peu de temps pour rencontrer les villageois, nos mômes (2, 7 et 10 ans) nous ont permis de briser un peu la glace. Au final, cette expérience en famille est riche.

    Je me rappelle moi aussi notre première incursion dans un village extrèmement reculé du nord du Laos, il y’a maintenant près de 15 ans. Ma première pensée avait été; Qu’est-ce qu’on fout là? Nous n’étions pas à notre place. Je n’ai pas aimé. Nous étions là, pas vraiment invités, à les observer, tels des bêtes sauvages dans un zoo.

    Mais là, mon ressenti est très différent, grâce à nos enfants.

  6. Marilona

    Salut!

    Je me permet de partager notre recente experience (a mon compagnon et a moi) dans un de ces villages Chin que nous avons visite il y a deux jours, en prenant une petite barque depuis Mrauk U.
    Apres s’etre pris la tete pendant des jours et des jours a se demander si il fallait y aller ou non (nottament apres la lecture de cet article), si oui, avec quelle demarche? Plutot a Mrauk U ou a Mindat ? et autres questionnnements… nous avons finalement decide de nous y rendre seuls, sans excursions. Aucun blogs ni aucun guide papier ne nous presentais cette option mais nous avions rencontre a Mrauk U une italienne qui venait d’y aller seule, apres avoir mene sa petite enquete dans la ville.

    Nous nous sommes sentis plus a l’aise avec cette option. Cela ne faisait peut-etre pas une grand difference mais nous ne souhaitions pas arriver en nous affichant avec un guide qui agirait comme un signal disant que nous “attendons” quelque chose de ces femmes, qu’elles se “montrent”. Aussi, arriver en groupe avec une excursion nous semblait ressembler davantage a une invasion.
    En realite c’etait assez naif comme relfexion puisque dans ces villages, tout le monde sait tres biens pourquoi vous etes la a la seconde ou vous arrivez! (C’etait notre premiere experience de visite dans un village, jeunes voyageurs que nous sommes). Et si demain tout le monde venait de maniere independante les uns a la suite des autres a longueur de journee ce ne serait pas moins envahissant…

    Alors, je ne suis toujours pas capable de repondre a la question: Faut il aller les voir? Mais une chose est sure, il y a des gros efforts a faire sur l’attitude et la demarche de visite que les touristes adoptent! C’est vraiment le point essentiel que je retiens de toute mon experience. Au risque de paraitre bien pensante ou donneuse de lecons, voila ce que j’en pense;
    J’ai ete profondement triste et meme choquee de constater qu’aucune des personnes que nous avions rencontres et qui ait rendu visite a ces villages n’avait juge utiles de ramener quelque chose en echange de l’accueil… Nous avons meme rencontre une personne qui semblait avoir ete offusquee qu’une femme “araignee” ait voulu lui vendre des tissus qu’elle fabriquais, comme si elle ne devait pas vouloir tirer benefice de ces visites, au risque de voir la mondialisation pervertir cette si folklorique et authentique misere villageoise…
    Au nom de quoi devrions nous etres le seuls a tirer benefices et plaisir de ces visites? A venir profiter, nous servir, et ne rien donner en retour? Ces femmes ne nous doivent rien et pourraient tres bien refuser de venir “se montrer”, surtout qu’elles ne touchent, a ma connaissance aucun argent des excursions organisees. Au dela d’une simple question de savoir vivre (n’est ce pas le minimum quand on s’invite chez quelqu’un de ramener quelque chose?) je suis egalement convaincue que le tourisme equitable passe par l’echange. Si ce n’est pas de les aider en leur achetant de l’artisanat (on a le droit de ne pas aimer ce qu’elles font) si au moins chacun des visiteurs leur ramenait quelques fournitures scolaires, desinfectants, savons, vetements pour enfants, etc (achetes a prix modique sur les marches ou juste avant l’embarquement sur la Jetty), certes ca ne leur permettrais pas de construire des routes ou d’installer l’eau courante, mais simplement d’avoir un juste retour sur ces visites, et qui leur permette peut-etre de survivre un peu mieux.

    Nous avions achetes quelque un de ces produits pre-cites, sans trop y croire, en se disant qu’ils nous resteraient peut-etre sur les bras si tout le monde dans le village decidait de nous ignorer (et ce serait leur droit). Mais il a suffit de donner un gateau a un gamin et en 3 minutes une foule s’est formee autour de nous et ce que nous avions prevu pour deux villages s’est evapore dans leur mains… Nous n’avons meme pas voulu poursuivre les visites d’autres villages sans rien avoir a offrir, tant nous avons ete surpris du grand besoin dans lequel ils vivents.

    Du point de vue des rencontres avec les habitants, les choses se sont merveilleusement bien passes, et nous nous sommes pas autant sentis “intrus” que nous l’avions craint. La femme Chin (Tho Ma Sein de son nom) qui nous a accueilli chez elle pour partager boisson et mangues m’a semble assez fiere d’etre un peu la star du village (elle affiche toute les photos que les visiteurs ont pris d’elle sur le mur de sa maison) et semblait sincerement heureuse de nous recevoir et d’ouvrir ses petits cadeaux (puis m’a raccompagne jusqu’au bateau en me tenant la main tout du long dans le village. Adorable). Mais je n’ai pas put m’empecher de me demander par moment a quel point certains de ses gestes etaient fait de bon coeur? Alors que je n’avais pas sorti une seule fois mon appareil photo de la visite, c’est la vieille dame elle-meme qui m’a montre d’un signe de la main au moment de s’asseoir devant son metier a tisser, qu’il s’agissait la du moment pour le touriste de prendre la photo. Le moment ou elle devait maintenant “parader” pour nous, alors que nous ne lui avions rien demande…

    Une rencontre sincere est encore possible mais certains travers touristiques ont deja fait du chemin…

    • Merci pour le feedback, question compliquée en effet 😀

      1 an et demi après J’aurais quand même tendance à dire que vu l’extrême pauvreté dans cette partie de la Birmanie tout ne peut qu’être mieux, ils n’ont aucune richesse ou alors ils se font tout cartonner sans rien voir passer, faudrait qu’un dingue lance une ONG et vivent là bas à l’année mais c’est une autre histoire 🙁

  7. Charlotte

    Quels tissus peut-on acheter sur place ? Je suis fascinée par les tissages Chin qu’on trouve à Yangon mais je trouve leurs prix exorbitants (et les responsables de boutiques ne veulent pas me dire combien revient aux artisanes).

    Merci !

    • Salut,

      J’ai pas vraiment pris de photos des tissus, franchement la qualité avait pas l’air top du tout !

  8. vincent

    Salut !
    Je reste 3 jours à Mrauk U et justement je me demandais si cette excursion en village chin valait le coup. Au final je suis pas plus avancé car d’un côté je n’aime pas le principe des sorties organisées et là c’est vraiment une sortie au zoo, mais de l’autre j’aurais bien aimé leur refiler un peu de sous. Pas directement hein mais qu’ils puissent eux aussi profiter de mon passage dans la région et pas que l’hotel ou la restauration.
    Je suis bien embêté 😀

    Est ce qu’il y a dans la région une autre virée (à faire seul ou en groupe pourquoi pas) un peu plus authentique ? Je ne trouve pas grand chose là dessus.
    Merci pour tes articles 🙂

    • Salut,

      C’est pas du tout le zoo, c’est difficile à décrire mais il faut pas être manichéen comme ça. Tout est authentique ça dépend comment tu le prends, j’ai fait mes meilleures rencontres à Yangon.

      • Vincent

        Salut,

        J’y suis finalement allé. Je dirais qu’il faut le faire car elles ne vivent que du tourisme et aussi (surtout) pour se rendre compte de ce que c’est. Cette “tradition” ne se pratique plus dans ces villages uniquement car il n’y a plus de tatoueurs. En revanche, plus proche du mont Victoria, cela se pratique encore. Mais personne n’y va alors ça ne dérange pas. Alors je pense que cela doit faire partie d’un séjour à Mrauk U pour redescendre un peu sur terre, entre cettmutilation et la pauvreté de ces villages. C’est comme ça que je l’ai pris.
        De plus, leur histoire est intéressante, la relation qu’elles ont avec les plus jeunes, le respect qu’elles inspirent par la souffrance qu’elles ont eu, ça mérite le détour, même si le trajet est peut être un peu longuet (m’enfin j’ai bien aimé le tour en bateau, ya de quoi faire de chouettes photos).
        Le truc pas cool, c’est que les villages ne touchent pas d’argent des guides, uniquement de ce que les visiteurs achètent.

        • Salut Vincent,

          Merci pour ton feedback, réponse jamais simple en effet 🙂

  9. Jules

    Bonjour,
    Et merci à nouveau pour cet super site.
    Quelle destination est davantage recommandée pour entrer en contact avec la population sans être dans un demi zoo ?
    Triangle d’or du coté de kyaingtong ? ou plus au nord, coté Hsipaw ? Ou ailleurs (comme à l’ouest, récemment ouvert). J’aimerais ne pas me planter et m’éviter le coté zoo.
    Merci par avance !

  10. Anne G.

    Bonjour,
    Nous y sommes allés avec notre guide et sur ses conseils nous avons amené du Doliprane. Quand nous sommes arrivés, les vieilles dames l’attendaient avec impatience et elle leur a distribué les cachets qui soulagent leurs vieilles douleurs, elles se plaignaient notamment d’avoir mal à la tête et nous avons également distribué les “petits cadeaux” que l’on donne dans les hôtels (savons, shampoing, brosse à dents….).

  11. fleurette

    bonjour
    je suis en train de finaliser mon voyage de 24 jours en Birmanie, j’avoue assez casse tête à préparer.
    je bloque sur mon avant dernière étape , j’aimerais en fait partir de BAGAN pour aller en bord de mer à NGWESAUNG
    aucun vol n’existe, je n’ai pas le choix que de prendre un vol BAGAN/YANGOON ?
    ce qui m’ennuie ensuite c’est à nouveau un bus qu’il faut prendre ? Puis je le prendre à l’attérrissage et partir directement à
    NGWESAUNG, perso j’aimerais trouver un chauffeur (seulement 4h), en connaissez vous ?
    MERCI POUR VOS REPONSES et bravo vos photos sont un régal
    cordialement
    Isabelle F

    • Salut,

      Oui c’est ça, prends un vol pour Ngapali, plus simple et moins chronophage. 4h pour faire Yangon – NGwe Saung c’est Schumacher qu’il faut pas un chauffeur 😀

Type to Search

See all results