Trek à Pindaya – Mon expérience de 3 jours en pleine zone Danu

Aujourd’hui je vous fais découvrir un trek que j’ai pu faire dans les environs de Pindaya non loin du lac Inle en Birmanie, je suis en effet parti pendant 3 jours pour marcher autour de cette petite ville légèrement au Nord de Kalaw. Au programme nuits chez l’habitant, plantations en tout genre, sourires et un peu d’efforts !

paysages-moto-pindaya-10

Une arrivée frigorifique à Pindaya

Comme toujours pour rejoindre Pindaya (ce n’est pas mon premier voyage), c’est le bordel ! Le bus s’arrête en fait à Aungban et il faut ensuite se démerder pour monter jusqu’à Pindaya pendant 1h de route. L’année dernière j’étais avec 2 amies et nous avions trouvé un taxi, cette fois il n’y a qu’une seule moto qui attend, il est 5h du matin et je comprends rapidement que ça va être mon unique solution. Il fait nuit noire, je suis en short, il fait 10° et je vais passer 1h sur une moto à me geler… Pindaya ça se mérite.

route-pindaya-aungban-2

Là c’est une photo de jour, de nuit il fait froid et évidemment vous ne voyez rien !

Une fois arrivé à Pindaya j’attends un petit peu dans le hall de l’hôtel, mon guide arrive et nous partons marcher ! Je suis super content car c’est Bruno, un guide avec lequel j’ai déjà vadrouillé dans le coin et il se rappelle de moi ! La première journée doit être assez longue et nous emmener tout en haut des montagnes surplombant Pindaya.

trek-pindaya-10

Début du trek de 3 jours à Pindaya

Le début de la marche est assez facile, nous partons au Nord-Ouest de Pindaya et nous coupons à travers les champs, il n’y a pas grand-chose de spécial à part des bonjours de tout le monde et de la Birmanie brute (oui en Birmanie tout le monde se dit bonjour !).

trek-pindaya-11

On continue à travers les champs et on arrive rapidement à un petit lac artificiel, Bruno m’explique que c’est grosso-modo pour la lessive, la douche et un peu tout ce qui requiert de l’eau.

trek-pindaya-12

Le premier village

On arrive ensuite rapidement à un premier village, c’est directement le petit cache-cache avec les enfants !

trek-pindaya-13

trek-pindaya-14

Nous bifurquons ensuite à un petit croisement et on rentre dans la maison d’une dame qui fabrique les chapeaux birmans en bambou. Après avoir pris le thé tranquillement chacun retourne à ses occupations, habituellement elle ne vend pas directement de chapeaux mais j’insiste et on repart donc avec 2 chapeaux birmans, coup de l’opération ? moins d’1 euro !

trek-pindaya-15

Après un autre petit passage dans de beaux champs en fleurs, nous arrivons ensuite à un petit bourg (je ne sais pas trop comment l’appeler, bon imagine 3 maisons perdues).

trek-pindaya-16

Bruno m’explique alors que toutes les chips de la région viennent des environs de Pindaya et il me montre comment sont faites les chips birmanes et me présente Madame Chips.
chips-pindaya trek-pindaya-18

La remontée après la grotte de Pindaya

Nous continuons de marcher et croisons des enfants avec des espèces de caisses à savon, ils s’en foutent complètement de nous car il y a une course à gagner !

trek-pindaya-19 enfants

On passe devant la grande grotte de Pindaya mais on ne s’y arrête pas, je l’ai déjà visité et nous continuons de monter progressivement dans les montagnes avec des vues superbes sur les environs.

trek-pindaya-21

Cela fait déjà quasiment 4h que l’on marche, c’est l’heure de déjeuner.

repas

Remontée vers le dernier village

Nous reprenons la marche avec pour objectif de rejoindre le dernier village de la montagne où nous allons passer la nuit. Je ne le sais pas encore mais je vais avoir un peu de chance sur les rencontres pour l’après-midi !

rencontres-3

trek-pindaya-24

Juste après le déjeuner nous croisons une dame qui porte un énorme bout de bois, Bruno (le guide) se marre avec elle puis elle me fait signe de porter, je lui lâche alors un « Machibu » qui peut se traduire par « peut pas ». Du coup elle se tape une énorme barre (en plus d’un énorme tronc).

trek-pindaya-23

En continuant de monter on se trouve de plus en plus dans les champs de thé de Pindaya, oui il y a du thé à Pindaya mais généralement il est assez peu photogénique car bloqué dans les forêts (ce n’est pas comme Ella au Sri Lanka ou Munnar en Inde), la chance que j’ai c’est que tout le monde est en train de bosser et il y a donc de la vie dans les champs !

trek-pindaya-25

Bruno me fait ensuite passer par une grotte bouddhiste de la région, ça pue vraiment la chauve-souris et je me demande encore comment ils ont apporté tout ce matériel et cette pagode si haut dans la montagne. Les birmans me surprendront toujours sur ce point !

grotte-1

grotte-2

Après la grotte on marche 30 bonnes minutes à travers de beaux champs, ça grimpe pas mal mais c’est très beau.

trek-pindaya-32

On arrive tout en haut de la montagne et les paysages sont superbes.

trek-pindaya-2

En plus on tombe sur 2 personnes qui bossent dans les champs de thé et qui sont super sympas, je passe 5 minutes à me marrer avec les deux.

rencontres-2

Je pensais que c’était terminé mais en fait non, Bruno me dit qu’on n’est pas encore tout au sommet (les boules). La bonne nouvelle c’est que la dernière partie sublime donc ça aide pour passer le temps.

trek-pindaya-4

On arrive enfin à la maison où on va passer la nuit.
nuit-habitant

Marcher pour le plaisir

Parceque parfois je suis complètement débile Bruno me propose d’aller jusqu’à un endroit sympa à 1h de marche du village et évidemment j’ai dit oui (ça devait déjà faire 7h qu’on marchait).
trek-pindaya-7

En fait ça valait le coup car la nature était très belle, qu’on a rencontré du monde et que la vue à la fin sur la vallée était somptueuse !

trek-pindaya-8

trek-pindaya-9

Une journée en moto autour de Pindaya

La redescente tranquille vers Pindaya

J’ai déjà géré ça avec Bruno mais étant donné que je suis là pour la photo on a un peu modifié le parcours, au lieu de relier ma prochaine étape à pieds par la montagne nous allons redescendre par Pindaya, découvrir les champs dans le coin sur une moto puis remonter la montagne non-loin du village où je dois dormir.

randonnee-pindaya-1

Au petit matin je pars donc avec Bruno et le mec de la maison où j’ai dormi pour redescendre sur Pindaya, là aussi j’ai vu avec Bruno (c’est le guide pour ceux qui suivent rien) mais il a un groupe qui arrive et donc il m’a demandé s’il pouvait ne pas faire avec moi la dernière journée pour gérer le groupe, à la place je la ferai avec le mec de la maison qui parle pas anglais mais qui connait très bien le secteur. Moi je m’en fout et si ça peut l’aider à améliorer sa maison tant mieux !

randonnee-pindaya-2

Nous descendons donc le long de la montagne, les vues sur Pindaya sont magnifiques. En arrivant en bas je croise un couple d’occidentaux (français ?) qui commence à peine la montée et ils sont déjà au bout du rouleau, vu leur état au tout début de la marche je doute qu’ils fassent le programme prévu !

randonnee-pindaya-3

 Le début du tour en moto

Je grimpe ensuite sur la moto de Bruno et nous voilà partis en direction des champs, honnêtement et après 5 minutes pour sortir de Pindaya les paysages sont tellement colorés… c’est superbe !

randonnee-pindaya-4

Je m’arrête alors rapidement pour faire quelques photos (Bruno attend tranquille sur sa moto pendant que je m’enfonce dans les champs), je vais beaucoup le dire mais les paysages seront magnifiques tout le long donc je préviens ! Je vois aussi au loin 2 birmanes qui partent en direction des champs, ça ne fait pas rêver ?

randonnee-pindaya-5

Ensuite je m’arrête encore une fois quelques centaines de mètres plus loin pour essayer d’explorer un peu plus longuement les champs, franchement les paysages sont juste tarés de chez tarés, le ciel est parfait, la lumière n’est pas trop dure, je suis amoureux de cet endroit dans l’instant.

paysage-pindaya-birmanie

Hélas il n’est pas possible d’aller trop loin car il y a pas mal d’effondrements dans les alentours de Pindaya et c’est un énorme trou qui m’empêche de passer, il y a un petit chemin à un moment puisque je vois des gens au loin mais pour moi impossible de prendre 1h pour trouver un passage.

randonnee-pindaya-6

Je rebrousse donc chemin pour aller taper la discute à d’autres birmans qui m’avaient fait signe au loin. En arrivant je m’aperçois qu’ils sont en train de terminer la récolte de riz.

recolte-riz-5

Ils se marrent tous lorsque je fais le pitre, je fais un petit « All In » de mes mots de birmans pour continuer de les faire rigoler, c’est bon je suis accepté dans le groupe et je vais faire des photos de malade.

recolte-riz-4

Quelques explications sur le riz

Je profite de cette expérience pour t’expliquer comment fonctionne la récolte du riz dans pas mal d’endroits en Birmanie, typiquement les gens doivent attendre que le riz termine de pousser puis en fond des espèces de ballots comme pour du blé en France.

recolte-riz-1

Une fois que les ballots sont prêts les gens vont alors recouvrir le sol d’une énorme bâche, ils mettent une grosse pierre par personne et tout le monde tape les ballots contre les pierres pour que le riz tombe par terre (exactement comme si tu tapais une fleur contre une pierre pour en faire tomber les pétales).

recolte-riz-3

On voit très bien les grains de riz au sol et les ballots sans les grains dans la main du monsieur

Les gens sont nombreux à travailler car ils mettent en commun la force de travail, chaque parcelle appartient à quelqu’un mais tout le monde aide à récolter car ils ont tous besoin des autres.

recolte-riz-2

En terminant et juste avant de partir je fais une photo que je trouve incroyable, peut-être pas ma plus belle photo mais un moment spécial et l’impression d’avoir passé un bon moment avec tout le monde.

trek-a-pindaya

Retour dans mon champ avec les buffles cette fois !

Avant de retourner à la moto où Bruno m’attend je repasse par le premier champ qui m’a tant bluffé (cette fois-ci il va me bufflé, ouai il y avait un autre jeu de mot limite mais bon…), je refais quelques photos et en repartant sur le chemin vers la moto je me retrouve face à un troupeau d’une vingtaine de buffles.

velo-mai-chaud_10

Tu ne le sais sûrement pas car dans les rizières où avec les gens qu’ils connaissent les buffles sont plutôt sympas mais c’est un animal super dangereux et super agressif (vraiment, faites gaffes). Pas de bol pour moi lorsque je m’engage sur le chemin il y a 2 petits en avant du troupeau et je vois tout de suite que la maman est en colère, je commence donc à courir en arrière et à essayer de m’éloigner. Je marche très très vite (et évidemment je ne fais pas de photos) et finalement après avoir continué vers moi pendant 20-30 secondes dans le champs maman buffle arrête et se remet à marcher en direction des ballots de riz (enfin sans le riz pour aller manger).

paysages-moto-pindaya-11

Une fois qu’ils sont éloignés de moi !

Les quelques mémés qui accompagnaient le troupeau se tapent vraiment une énorme barre, du coup je rigole avec elles mais bon… il est juste trop con cet animal.

femmes-champs-pindaya-2

J’en profite pour discuter avec les petites mémés et pour faire quelques photos dans les champs.

femmes-champs-pindaya-3

La connexion est moins bonne qu’avec les autres personnes qui récoltaient du riz et je repars donc rapidement vers la moto, je sais que j’ai quelques photos exceptionnelles et ça fait marrer Bruno qui me voit arriver comme un dingue en sautant de partout avec le smile !

femmes-champs-pindaya-1

Les autres champs

On continue en moto et nous allons faire pas mal d’étapes dans les champs de Pindaya, franchement à cette période (début décembre) c’est vraiment à couper le souffle tellement c’est beau il n’y a pas à dire.

paysages-moto-pindaya-3

Tout au long de mon passage je vais continuer de shooter et faire des photos de ces champs vraiment colorés.

paysages-moto-pindaya-1

Au début Bruno ne comprenait pas pourquoi j’insistais tant pour voir ces champs (je lui avais montré des photos présentes à l’hôtel pour lui dire ce que je voulais voir) mais vu ma réaction je pense qu’il a compris.

paysages-moto-pindaya-2

Après avoir fait le tour de la zone (les indications sont plus bas dans l’article) on retraverse Pindaya pour cette fois aller vers le village que l’on doit rejoindre.

paysages-moto-pindaya-4

La route vers l’autre village

Sur la moto se succèdent encore les champs, les champs et encore les champs. Plus que dans beaucoup de pays d’Asie, le pays Shan en Birmanie (Pindaya mais aussi Kalaw et dans une moindre mesure les environs du lac Inle) est bluffant par la diversité des cultures et donc par des panoramas incroyables et très colorés.

paysages-moto-pindaya-6

On recroise des personnes qui sont en train de récolter le riz, cette fois ça a l’air physiquement bien plus éprouvant et les hommes transportent des masses incroyables.

recolte-riz-6 recolte-riz-7

En continuant la route on recroise mes potes les buffles et il y a beaucoup d’animation dans un champ, une petite fille est d’ailleurs à ce moment en train de piquer un petit somme sur son buffle (moi pas comprendre).

paysages-moto-pindaya-7

Enfin juste avant d’arriver sous la montagne on passe une espèce de mix entre un lac et un marécage avec un petit pont, je ne sais pas ce que c’est mais ça rend très bien sur les photos !

paysages-moto-pindaya-8

La montée vers le village

Bruno pensait que l’on pourrait aller beaucoup plus loin mais la route est en fait en travaux (je ne sais pas à cause de quoi, éboulement ou un truc du genre) et du coup on va tout grimper à pieds.

pente-1

Inutile de vous dire que je suis pas chaud du tout mais bon on se grimpe tout ça sous une chaleur assez suffocante. La montée n’est pas très longue mais extrêmement prononcée (l’impression de se refaire le Mont Zwekabin à Hpa An). Sur la route on rencontre en plus assez peu de monde, quelques personnes qui récoltent du thé mais c’est loin de l’agitation dans la plaine.

pente-2

Oui ça monte !

Evidemment qui dit montée super abrupte dit aussi très beaux panoramas sur la plaine. On arrive enfin au village, je redis bonjour à la personne chez qui j’ai dormi le jour d’avant et qui va désormais m’accompagner et je dis au revoir à Bruno !

vue-village

La nuit dans le monastère

Je dépose mes affaires dans le monastère et surtout je vais m’asseoir et me faire présenter au moine le plus important. Petites courbettes et sourires au programme.

moine

Le soleil est doucement en train de décliner mais il fait encore vraiment jour, je demande alors à mon nouvel accompagnateur s’il est possible de manger rapidement (il faut tout faire cuir donc ça prend 20 plombes) et j’en profite pour aller prendre une douche en plein air à l’eau froide, ça fait toujours plaisir.

douche-monastere

Une fois tout propre j’attends tranquillement en bas du monastère et je me tape des barres avec 2 enfants, ils étaient très timides au début mais après avoir vu les premières photos c’était le spectacle pendant 20 minutes.

enfants-2

enfants-1

Ils font tellement de bruit que pépé jette un œil par la porte, il n’en faudra pas plus pour que je fasse là aussi un cliché que j’aime beaucoup.

papi

Ensuite et bien qu’il soit très tôt je dîne tranquillement avec mon nouveau pote et je file me coucher, et oui pendant les randonnées généralement t’es couché à 21h00 mais tu t’endors des images plein les yeux… des images comme celle ci-dessous.

paysages-moto-pindaya-9

Le troisième jour et le retour vers Pindaya

Le lendemain on se lève donc assez tôt et après un bon petit-déjeuner c’est l’heure de partir, je lâche 10 000 en donation au moine en me baissant plus bas que devant le Pape et on quitte le village pour marcher jusqu’à Pindaya (il y en a pour 3h normalement).

village-monastere-1

La première partie de la descente est vraiment très facile, contrairement à hier on prend la route en travaux qui descend doucement du village jusqu’à la plaine (hier on a pris le raccourci “tout droit jusqu’en haut” qui fait vachement mal aux jambes). On a aussi des vues plus dégagées sur les environs et ce n’est pas pour me déplaire.

village-monastere-2 route-troisieme-jour-trek-2

En arrivant dans la plaine mon nouvel accompagnateur (Bruno n’est plus là mais je continue avec le mec du homestay de la première nuit) me fait la démonstration de son lance-pierre. Le mec attrape des oiseaux comme ça, il est super fort !

route-troisieme-jour-trek-3

Bien évidemment les paysages sont aussi très beaux à ce moment, on traverse une petite forêt en direction de Pindaya et en étant juste en dessous des montagnes. Il y a moins de champs mais ça reste quand même impressionnant.

route-troisieme-jour-trek-4

Après une petite heure à marcher on fait étape chez un de ses amis, le mec nous offre le thé tranquille (bon en même temps le champs de thé est quasiment dans la maison) et on repart. Ces arrêts lors des randonnées sont vraiment dingues, tu croises un mec, tu prends le thé et tu as l’impression d’être accueilli comme chez un ami de 20 ans.
rencontres-1

Le reste de la matinée se compose de quelques beaux chemins que l’on prend pendant encore 2 heures pour rejoindre Pindaya, c’est quand même un niveau en dessous que les jours précédents mais le passage du petit pont avec l’appareil photo à 3000€ sur l’épaule m’a filé quelques sueurs !

route-troisieme-jour-trek-7

rencontres-2

On rencontre du monde tout le long du chemin vers Pindaya, mon nouveau guide me fait beaucoup trop marrer quand il discute avec un gars pour échanger ce qu’il a trouvé en chemin.

rencontres-3 Arrivée à Pindaya

Sur la fin on approche de Pindaya (ça se voit les arbres sont alignés) et je dois avouer que je suis très content d’arriver à l’hôtel. Vu que c’est des copains je prends une douche tranquillement à l’hôtel et j’ai donc comme programme de ne rien faire cet après-midi, impeccable. Je passe donc le reste de la journée à manger et à ne rien faire au bord du lac de Pindaya.

route-troisieme-jour-trek-8

Je termine l’après-midi en redescendant en moto de Pindaya jusqu’à Aungban, 1h de moto sur une route magnifique avec quelques arrêts pour un coucher de soleil à tomber. Ces 3 jours à Pindaya étaient simplement géniaux.route-pindaya-aungban-1 route-pindaya-aungban-3

Les conseils pour Pindaya et pour le trek

Le prix

Le trek de 3 jours est à 90 000 Kyats tout compris pour les 3 jours. Une donation sera néanmoins nécessaire en plus au monastère, laissez entre 5000 et 10 000, c’est beaucoup mais ça fait bien pour le moine (on déconne pas avec le bouddhisme en Birmanie).

Le déroulé du trek

La première nuit se fait à 1700m d’altitude dans un homestay, la seconde nuit se fait à une altitude beaucoup plus raisonnable dans un monastère. C’est à grande majorité une zone Danu, les Danu sont une minorité de Birmanie qui n’ont rien de spécial du point de vue vestimentaire. N’allez pas à Pindaya en pensant voir des personnes habillées de toutes les couleurs.

rencontres-1

Est-ce difficile ?

Ce n’est pas difficile mais la première journée grimpe quand même pas mal, si marcher pendant 7h vous fait peur alors allez plutôt à Kalaw qui est beaucoup plus simple. Je vous rassure il n’y a rien de compliqué à Pindaya et si vous avez déjà fait un trek dans votre vie vous ferez celui de Pindaya les doigts dans le nez.

affaires

Mon sac pour 3 jours !

Pindaya ou Kalaw ?

Pindaya est une zone traversée par les touristes mais au final très peu touristique, 99% des voyageurs traversent simplement la ville pour voir les grottes (ils y passent parfois la nuit) puis repartent directement vers le lac Inle. Vous l’avez déjà compris mais Pindaya a bien plus à offrir.

Pindaya est une excellente alternative à ceux qui ont peur d’avoir trop de monde à Kalaw puisque c’est très proche. Attention cependant car ce que vous gagnez en authenticité vous le perdez sur les paysages (un peu moins beaux) et sur les ethnies (pas de Pa O qui sont la minorités avec les écharpes colorées sur la tête). Attention, les paysages lors des treks sont beaux mais c’est très vallonné car tu es dans la montagne, pour voir les champs comme lors de ma seconde journée il faudra prévoir une journée en vélo/moto autour de Pindaya.

trek-pindaya-26

Où trouver un guide ?

Généralement trouver un guide n’est pas un problème, je vous conseille de demander au gars que vous avez avec vous s’il peut contacter Bruno, c’est le seul catholique de Pindaya. J’ai trekké deux fois avec lui à Pindaya et à chaque fois c’était niquel. C’est pas un grand bavard, il explique ce qu’il y a besoin et il est habitué à prendre tous ces petits chemins. Si vous galérez pour trouver vous pouvez passer à l’hôtel Inle Inn de Pindaya (le nom porte à confusion mais c’est bien à Pindaya sur la route principale), c’est par eux que je suis passé les deux fois.

Je veux faire le trek mais je ne sais pas comment venir à Pindaya

L’accès à Pindaya n’est pas facile et il n’y a pas de bus qui vont directement par exemple de Bagan à Pindaya. Le plus simple pour venir à Pindaya c’est de prendre un bus pour le lac Inle (que vous partiez de Mandalay, Bagan ou Yangon cela n’a pas d’importance). Votre bus passera en premier par Kalaw puis 15 minutes après il fera un stop à Aungban (c’est une petite ville classique de Birmanie). D’Aungban il faudra récupérer un minivan qui grimpe à Pindaya ou payer pour une moto ou voiture (20 – 25 000 la voiture ou 10 – 15 000 en moto). Ça parait compliqué mais c’est super simple, la route pour Pindaya depuis Aungban prend 1h (et c’est magnifique au coucher de soleil, je dis ça je ne dis rien). Pour repartir c’est le même système mais dans l’autre sens.

carte-pindaya

Au coucher de soleil la route est dingue mais en hiver en short de nuit c’est pas dingue DU TOUT !

Attention, majoritairement les bus s’arrêtent à Aungban pour la pause déjeuner/dîner/pipi, vous n’avez donc pas de problème pour récupérer votre bus.

Les conseils de la mort pour profiter comme un dingue de Pindaya et des alentours

Attention car ces deux conseils sont très importants si vous souhaitez vraiment faire une étape complètement dingue dans l’Ouest du pays Shan, ça ne marche pas tous les jours (à cause du calendrier du marché des 5 jours) mais si ça fonctionne pour vous c’est génial !

Récupérer le train pour le lac Inle

Si vous le souhaitez vous pouvez récupérer le train entre Kalaw et le lac Inle au niveau d’Aungban, à ce moment il ne reste que 3h de train pour Shwe Nyaung et des paysages magnifiques. Vous pouvez prendre le train en redescendant directement depuis Pindaya à la mi-journée ou cumuler le train avec le marché des 5 jours.

Le marché des 5 jours

Si vous avez lu l’article sur le marché des 5 jours vous savez déjà que le marché d’Aungban est connu pour être le meilleur de la région. Regardez donc bien les jours du marché car vous pourriez descendre au petit-matin de Pindaya, profiter du marché des 5 jours et prendre le train à midi, enfin je dis ça je dis rien…

Questions ?

Vous avez des questions sur ce trek ? N’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous.

Leave a Reply

5 comments

  1. LadyMilonguera

    C’est vraiment une belle expérience à vivre je trouve…

  2. Stephanie

    Ca a dû être une expérience incroyable ! Les paysages sont superbes, mais en effet ça se mérite 🙂 très belles tes photos !

  3. Lilia

    Waouh ce trek à l’air incroyable ! Merci pour cet article qui me donne très envie de le faire.
    Nous allons en Birmanie avec une amie en décembre. Le trek coutera 90 000 pour les deux ou par personne ?
    Si nous voulons passer par Bruno, il faut demander à l’hôtel Inle Inn c’est bien ça ?
    Merci

Type to Search

See all results