Chau Doc – Une belle région souvent oubliée entre le Mékong et la forêt de Tra Su

Qu’on se le dise j’attendais beaucoup de Chau Doc, la région est généralement uniquement vue par le prisme de son passage de frontière au Cambodge mais en bossant dans le tourisme j’avais entendu de belles choses à son propos. Quelques hôtels sympas, des minorités Chams visiblement cool et la forêt de Tra Su dont sont issues de nombreuses photos du delta du Mékong. Du coup j’avais vraiment hâte de découvrir tout ça… et le moins que l’on puisse dire c’est que je n’ai pas été déçu. Au programme de cette journée pas mal d’incontournables de Chau Doc, le marché flottant, les villages flottants, les villages chams et la forêt de Tra Su.

Les maisons flottantes de Chau Doc

Transfert du Victoria Nui Sam au centre de Chau Doc

Lorsque je me lève c’est mon premier début de journée à Chau Doc, j’ai mis mon réveil pour pouvoir photographier le lever de soleil et la météo est au rendez-vous. Vu le ciel je sais déjà que la journée va être belle, j’avale mon petit-déjeuner rapidement et je prends le taxi qui va m’amener dans Chau Doc (pour rappel je suis au Victoria Nui Sam qui est à 15 minutes en taxi de Chau Doc).

Lever de soleil pendant le petit-déjeuner

J’arrive tranquillement à l’hôtel, normalement mon excursion commence à 7h00 mais le quai est utilisé par des voyageurs qui partent en speedboat vers le Cambodge, je patiente donc quelques minutes en faisant des photos de l’hôtel. Bon ce n’est pas la piscine la plus photogénique du monde mais ça rend quand même bien avec le Mékong en arrière-plan.

Les belles lumières donnent toujours de belles photos

On grimpe enfin sur le petit bateau quelques minutes plus tard et on prend directement la direction du marché flottant. Je n’attends pas grand chose de ce marché qui n’a pas une grande réputation dans le delta du Mékong. Pourtant en arrivant dans les environs ça a l’air beaucoup mieux que Cai Be. Il y a pas mal de bateaux et on sent qu’il y a de l’activité, lever de soleil aidant les couleurs sont magnifiques.

On fait un tour dans le marché flottant, la guide me fait beaucoup trop marrer car c’est presque moi qui lui apprend des trucs sur les marchés flottants (bossant dans le tourisme, aimant beaucoup les marchés flottants et en ayant déjà vu pas mal je commence à en connaitre une coconut !). A ce moment il y a quand même beaucoup d’activité, ce n’est pas Cai Rang à Can Tho car c’est petit (il doit y avoir 30 bateaux) mais ça ressemble en fait à une toute petite ruche. D’ailleurs en repartant la guide m’apprend un truc, quand les bateaux mettent une noix de coco à la place des légumes c’est qu’ils veulent vendre le bateau (fonctionne aussi pour les maisons flottantes, n’essayez pas en France ça ne marchera pas).

Le marché n’est qu’à quelques minutes de Chau Doc et sur de nombreuses photos que j’ai prises on distingue très bien la ville de Chau Doc en arrière-plan… bon et les tenues colorées des vendeuses.

A ma grand surprise je fais beaucoup de photos dans le marché, je demande qu’on fasse 2 passages car c’est excellent du point de vue photo. Généralement je sais tout de suite si une photo sera belle sur mon ordinateur quelques heures plus tard et en photographiant le marché flottant de Chau Doc ça m’est arrivé plusieurs fois comme sur la photo ci-dessous (beau ciel, beaucoup de bateaux, de l’activité au premier plan).

Je fais une dernière photo d’une vendeuse de noix de coco puis le bateau prend la direction des villages flottants qui sont situés non-loin sur la rivière (je dis rivière… quelle honte ! le Mékong mes amis !).

Les villages flottants sur le Mékong

On arrive rapidement le long des petits villages flottants qui se trouvent sur le Mékong, ça ressemble d’ailleurs pas à des villages sur pilotis comme on peut avoir sur le lac Inle. Non ici les maisons donnent l’impression d’être des habitations construites sur de grands flotteurs.

On visite une des maisons qui se trouve là, c’est en fait une maison posée sur une exploitation piscicole. Il n’y a qu’à ouvrir une trappe au centre de l’habitation puis à donner à manger aux poissons. Ça pouvait paraître mignon si c’était nourrir les poissons au dessus d’un bungalow aux Maldives, là c’est très différent puisque ça fait plus petite exploitation agricole dans une maison pas très sexy (et la nourriture de poisson ça sent vraiment la merde).

En discutant rapidement avec les habitants je fais une très belle photo de la mamie qui se prépare à manger.

Tout autour des maisons il y a pas mal de vendeurs ambulants, c’est plein de femmes qui vendent des soupes, de pêcheurs, etc.

Si tu veux des chips, des cigarettes ou un coco elle a ce qu’il faut

En repartant la guide m’explique que les maisons sont extrêmement onéreuses, pour faire simple les maisons que j’aime bien (avec de belles fleurs) sont généralement peu chères, en revanche les maisons qui sont des fermes à poissons coûtent une fortune, c’est principalement lié au bois utilisé pour construire les cages (de très bonne qualité pour résister à l’eau… et ça a un prix). Les maisons de ce type coûtent en gros 150 000 USD qui vont être remboursé en quelques années seulement.

Arrivée dans un village Cham

Après quelques minutes de bateau on arrive rapidement à un très long petit pont qui mène jusqu’à un village cham, je fais très attention en marchant mais qu’est ce que c’est photogénique.

On arrive dans le village… bon je vais essayer de présenter ce qui fait la particularité des Chams. Pour faire simple ils sont originaires du royaume de Champa, un immense royaume qui a régné sur une bonne partie de l’Indochine si je ne dis pas de bêtises (oui les ruines de My Son à côté d’Hoi An c’était eux). Cependant ce qui les rend spéciaux c’est que certains sont hindoues alors que d’autres branches sont musulmanes, tu as donc au Vietnam des femmes voilées avec un chapeau conique et ça c’est quand même assez particulier à voir !

Pour en revenir à nos moutons sachez que le village est assez touristique, je suppose qu’ils sont pas mal marginalisés dans la région donc ils vivent mieux en vendant quelques écharpes aux touristes qui passent dans le coin. Quelques centaines de mètres après le village on tombe d’ailleurs sur une mosquée qui est assez imposante.

En la visitant la guide m’explique un truc beaucoup trop drôle, en fait on peut faire des donations à la mosquée sous forme de bois ou de riz, il y a donc une feuille où sont mentionnés tous les dons effectués par les fidèles. Michel a donné pour 150 000 dongs de bois, Norbert a donné 3 kgs de riz qui représentent 60 000 dongs, etc (oui le dong c’est la monnaie du Vietnam pour ceux qui suivent rien).

A ce moment on est en mars et dans le Sud du Vietnam (Chau Doc est dans le Sud) il commence déjà à faire très chaud. Du coup j’achète un coca dans un magasin et on longe une route où se trouvent pas mal de vendeurs ambulants.

Les chams de Chau Doc parlent encore la langue… cham (un peu de logique) qui est un mélange bizarre de plusieurs langues. La guide essaye de me dire que les musulmans sont principalement agriculteurs et pêcheurs, dans la pratique je pense qu’ils sont pas mal discriminés et qu’un vietnamien qui tient un business à Chau Doc recrutera plus facilement un viet qu’un cham musulman qui doit prier plusieurs fois par jour.

Finalement en quittant le village j’achète une petite écharpe pour ma copine, non sans avoir demandé ce qu’ils faisaient vraiment sur place car il y avait pas mal de trucs chinois (bon et du coup la qualité est très bonne, 4 mois après l’écharpe n’a pas bougée).

Balade dans les canaux de Chau Doc

On remonte sur le bateau et on prend la direction des petits canaux de Chau Doc, pour cela il faut retraverser la ville et arriver quasiment à la frontière avec le Cambodge. On repasse donc devant le Victoria Chau Doc et à ce moment une nana passe avec son bateau, de quoi me donner la photo “cliché” coloniale avec 70 ans de retard.

Pour une grande ville frontière d’Asie je dois dire que Chau Doc est quand même une belle ville. Bon la comparaison avec des villes immondes comme Huay Xay au Laos par exemple sont faciles mais Chau Doc garde une ambiance un peu particulière.

En passant sous un pont je fais une photo que je ne remarque pas du tout le soir même, pourtant en écrivant l’article je suis tombé dessus et quelques mois après ce voyage je la trouve réellement sublime. Je ne sais pas si c’est les lignes mais cette photo à un “truc”.

Les canaux de Chau Doc n’ont rien d’exceptionnels mais si vous n’en avez jamais vu ça risque de vous impressionner. Par contre j’avais rarement vu des maisons sur pilotis aussi haute, pour construire avec une telle différence de niveau il faut bien imaginer lorsque le fleuve est en crue, ça doit être dingue !

A ce moment la guide m’explique qu’il y a un marché juste de l’autre côté de la frontière où on peut tout acheter, en théorie 10% de taxes à payer à la frontière mais on peut s’en sortir sans contre quelques % aux bonnes personnes.

Retour au Victoria pour le déjeuner

Après un retour tranquille à mon hôtel je repasse au Victoria Chau Doc pour le déjeuner, en effet en sachant que j’allais à l’autre Victoria de la région le General Manager, qui est aussi français (Nicolas si tu passes par là !), m’a gentillement invité pour le déjeuner. Bon et la vue depuis le restaurant est pas mal !

En discutant à table et étant donné que je bosse aussi dans le tourisme il m’a proposé de visiter l’hôtel, bon même si c’est mes vacances j’étais quand même curieux de voir les chambres… et je n’ai pas pu m’empêcher de faire une photo d’une chambre sur la rivière car il faut dire que c’est quand même une vue assez mythique.

Départ pour la fameuse forêt de Tra Su dans la région de Chau Doc

J’ai beaucoup discuté avec Nicolas et du coup j’ai complètement oublié la voiture qui devait m’emmener pour découvrir la forêt de Tra Su. Bon après quelques coups de fil on arrange ça rapidement et je pars complètement à l’arrache (bon ne vous inquiétez pas, j’ai toujours mes quelques kgs d’équipement photo avec moi). Je dois dire que se déplacer en voiture avec une chaleur aussi accablante c’est quand même agréable.

Après une petite heure de route (oui il y a pas mal de kilomètres entre Tra Su et Chau Doc) on arrive enfin au niveau de la forêt. Et on ne débute pas dans une petite barque comme on le voit souvent en photo. Non c’est dans une pirogue assez bruyante qu’on avale les quelques minutes dans la première zone de la forêt.

Car oui je ne savais pas mais il y a en fait 2 zones, la première avec les bateaux à moteur et la seconde avec les rameuses. La première ressemble plus à un parc naturel assez classique alors que dans la seconde on a bien le feuillage sur l’eau un peu partout.

Après quelques minutes je me retrouve donc bel et bien dans la fameuse forêt de Tra Su et le moins que l’on puisse dire c’est que c’est magnifique… et bien en fait non ! Dans l’idée je suis assez déçu, j’attendais peut-être trop de cette forêt qui est censée être sublime mais moi j’ai été un peu déçu car c’est vide de chez vide.

Oui c’est beau, OK il y a des oiseaux absolument partout (bon pour être honnête les oiseaux je m’en fiche un peu), oui il y a de longues allées avec le feuillage de partout mais dans l’idée j’avais plutôt l’impression d’être dans une forêt vide qui pourrait donner un bon décors de nuit pour un film d’horreur plus que dans un lieux paradisiaque. La comparaison est un peu poussée (jean-miche ne dose pas) mais c’est quand même un peu ça.

D’ailleurs c’est bizarre d’écrire ça mais entre mon passage en mars et l’écriture de cet article en juillet j’ai vu plusieurs articles de blog sur Tra Su et ils étaient tous dithyrambiques, j’ai peut-être loupé un truc ? je deviens peut-être difficile ? en tout cas Chau Doc je m’en rappellerai plus pour ma matinée entre le marché flottant et les villages chams que pour la forêt de Tra Su.

Tout au bout de la forêt il y a d’ailleurs une grande tour depuis laquelle on a une vue à 360° sur toute la région, la guide ne s’y est pas trompée et en a profité pour faire une pause pipi en bas en attendant que je monte. La vue est belle mais pas grand chose d’autre à signaler.

Je quitte ensuite Tra Su assez rapidement pour rejoindre le Victoria Nui Sam le plus vite possible, ça fait 2 nuits que tout le staff me dit qu’il faut vraiment pas que je loupe le coucher de soleil (bon le premier soir j’étais encore perdu dans les rizières en scooter). Morale de cette histoire ? le coucher de soleil je l’ai pas manqué et il valait vraiment le coup.

Après une nuit tranquille c’est malheureusement déjà l’heure pour moi de quitter Chau Doc, je reprends un bus Futa (comme d’habitude, Futa pour les bus c’est la vie dans le Sud du Vietnam !) pour rejoindre Can Tho d’où je m’envole pour Hanoi. Il ne me reste encore que quelques jours de vacances avant de commencer mon nouveau travail !

Conseils sur Chau Doc ?

Quoi faire ?

  • Honnêtement il y a beaucoup de choses à faire à Chau Doc, j’y ai passé 1.5 journées et je ne me suis pas embêté une seule seconde, d’immenses rizières, une petite demi-journée de tour en bateau dans la ville, la forêt de Tra Su, bref la ville est intéressante.
  • Il ne faut surtout pas voir Chau Doc comme une simple ville frontière, c’est une grosse erreur car la ville a beaucoup à offrir.

Le tour en bateau : Je suis passé directement par le Victoria pour organiser le tour en bateau (enfin pour être honnête ils m’ont offert le tour en bateau, vis ma vie de blogueur), j’avais donc une guide avec moi et c’était très intéressant pour comprendre quelques trucs (qui sont souvent des anecdotes dans mes articles, la coco pour vendre les bateaux, les donations en bois à la mosquée, etc.). De nombreux tours sont organisés par des agences de Chau Doc et vous n’aurez pas de souci à organiser cela un peu à la dernière minute. Dans la pratique le déroulé est exactement comme dans l’article:

  1. Marché flottant (rapide car petit)
  2. Passage sur un village flottant
  3. On traverse et on se balade dans les alentours d’un village Cham
  4. Petite balade en bateau dans les canaux de Chau Doc puis retour à l’embarcadère

La balade en scooter dans les rizières : Dans l’ensemble c’est très facile puisque Chau Doc est une immense grille de rizières, comme vous pouvez le voir sur la carte ci-dessous il suffit de prendre sa ligne droite et de pédaler, il y a des rizières partout. Un bon point de repère est Nui Sam, la grande colline que l’on voit de très loin (en scooter vous ne la verrez plus si vous allez très au Sud mais en vélo vous la verrez tout le temps).

La forêt de Tra Su : J’y suis allé en voiture et ensuite sur place tout est automatique avec des tickets pour enchainer les 2 bateaux. Il suffit d’arriver sur place et ensuite tout est très bien indiqué.

Combien de temps rester à Chau Doc ?

Je vous recommande vraiment de passer 2 nuits à Chau Doc et de compter une journée complète de visite voir 1 journée et demi, divisez en fait cela en 3 demi-journées, une balade dans les rizières, une balade en bateau et une excursion jusqu’à Tra Su. Attention en fonction de la période de l’année il peut faire très chaud à Chau Doc (sans mauvais jeu de mot). Il faut donc se lever tôt, rentrer à l’hôtel en milieu de journée et ressortir en milieu d’après-midi.

Oui mais moi je veux faire la croisière Chau Doc – Phnom Penh ou Cambodge – Vietnam

La plupart des bateaux partent tôt le matin (souvent aux alentours de 7h00) ou en début d’après-midi (souvent 13h00), et ça dans les deux sens (que vous partiez de Phnom Penh au Cambodge ou de Chau Doc au Vietnam). Il y a beaucoup de demandes sur ces transferts donc ne vous inquiétez pas car il y a beaucoup de bateaux. Le trajet dure entre 4h30 et 5h00 en revanche je ne l’ai jamais fait donc difficile de vous dire à quoi ressemble le paysage. Il existe pléthore de compagnies qui font le trajet en speedboat, comme toujours plus vous payez cher et mieux ça sera. Vous pouvez regarder du côté de Mandarin Cruises ou Blue Cruiser qui sont 2 compagnies assez connues.

Où dormir ?

Hôtel pas cher à Chau Doc – Murray Guesthouse – 25 € par nuit – Pour réserver c’est ici

C’est le petit hôtel tranquille du Centre de Chau Doc, connu comme le loup blanc c’est bien placé, pas cher et propre. Une valeur sûre pour ceux qui ne souhaitent pas exploser le budget.

Hôtel déjà plus sympa & Très bel hôtel – Victoria Nui Sam – 45 € par nuit – Pour réserver c’est ici

Le Victoria Nui Sam (où j’ai été invité) est un hôtel avec un excellent rapport qualité-prix, les chambres sont bien, la piscine est exceptionnelle et si vous pouvez vous déplacer en scooter c’est le paradis (sinon c’est 6€ le taxi pour revenir en ville). Par contre attention car les SdB ne sont pas top et l’hôtel est construit à flanc de colline, si vous avez du mal avec les escaliers évitez l’hôtel.

Si vous souhaitez vraiment un hôtel colonial regardez du côté du Victoria Chau Doc, à la base l’hôtel ne m’intéressait pas trop mais après l’avoir visité je dois dire qu’il tabasse pas mal. C’est pas du tout la même ambiance mais on se croirait par moment dans le film Indochine.

Questions ?

Vous avez des questions sur Chau Doc dans le delta du Mékong ? N’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous.

Leave a Reply

Type to Search

See all results