Tu Le au Vietnam – Une vallée de rizières magnifique peu après Nghia Lo

En cette fin août 2019 nous avons un weekend prolongé au Vietnam (le lundi est férié), du coup nous partons avec ma femme en direction de Nghia Lo, cette ville sera notre point de départ pour 3 jours dans la région de Mu Cang Chai (les plus belles rizières en terrasse du Nord du Vietnam). Avant de vous parler de Mu Cang Chai je me devais d’écrire un article un peu inattendu car sur la route il y avait Tu Le ! Tu Le fut une énorme surprise pour moi et toute la route entre Nghia Lo et Tu Le est tellement belle que je devais en faire un article.

Petit point important mais une énorme tempête tropicale passe sur le Centre du Vietnam à ce moment, ils annoncent de la pluie partout au Vietnam dont des conditions apocalyptique dans le Centre (et pour ceux qui savent pas lorsqu’un typhon passe il pleut beaucoup dans des zones très larges).   

Départ avorté de Nghia Lo (le coup de la clé)

Nous avons passé une nuit absolument abominable, on a attrapé notre bus à la dernière minute (littéralement, 18h59) après avoir marché sous une pluie diluvienne dans un Hanoi bloqué par l’eau (trempés je vous dis, de l’eau jusqu’aux tibias dans la rue), après avoir tant bien que mal rejoint l’hôtel à Nghia Lo nous sommes trop sur les nerfs et nous ne nous endormons qu’à 3h du matin.

La vue depuis la chambre

Le lendemain nous récupérons notre moto, ma femme est au bout du rouleau (mal dormi, grosse hésitation pour annuler à cause de la tempête qui arrive, etc.) mais nous installons tout sur la bécane, elle n’a pas l’air incroyable mais elle freine bien ce qui est toujours utile pour la montagne (la bécane, pas ma femme).

Après littéralement 5 minutes de route on s’arrête pour faire le plein, coup de bol mais je me rends compte tout de suite que la clé… est tombée ! Et oui ça arrive en Asie mais parfois la clé du scooter se barre et le moteur continue de fonctionner (bon par contre faut pas caler). A ce moment on se dit “putain, bus pas top, tempête qui arrive, la clé qui tombe, c’est quoi ce voyage ?” (oui je suis très superstitieux en plus).

Heureusement on appelle le loueur mais entre-temps je pars tout seul en quête de la clé… que je retrouve (ouai il est très très fort Brice). J’accroche donc la clé à mon sac photo qui est toujours à l’avant, ça me parait pas mal. D’ailleurs si vous vous demandez sachez que le moteur continue de tourner mais que toute l’électricité s’arrête (genre t’as plus de klaxon ou de clignotants… remarque pour le second point c’est pas super important en Asie du Sud-Est).

Mac Gyver mon pote !

Le vrai départ dans les plantations de thé

On quitte cette fois rapidement Nghia Lo en se demandant quelle sera la prochaine mauvaise surprise (elle sera pour le lendemain seulement). Pour les bonnes surprises par contre elles sont devant nous car les paysages en sortant de Nghia Lo sont magnifiques, c’est une vallée de rizière absolument énorme (qui ressemble à tant d’autres comme Mai Chau ou Luc Yen, mais ça fait toujours quelque chose).

Peu après la première vallée c’est tout de suite de très belles plantations de thé qui s’offrent à nous (même si ma femme ne reconnait pas tout de suite, j’étais à deux doigts de demander le divorce). 

On arrête donc la moto et l’on part se balader un peu dans les plantations, vu la pluie il y a de la boue un peu partout mais on en profite quand même en marchant un petit quart d’heure, une belle surprise !

On continue de rouler et on rencontre une mamie adorable (je voulais prendre une photo du paysage et elle m’a coupée la route… on peut jamais être tranquille…), on discute 2 minutes avec elle. Elle est encore plus curieuse que nous ce qui est toujours agréable. Elle est de la  minorité Thaï (mais ça j’aurais dû m’en douter car on est dans une vallée).

Les magnifiques vallées de rizières avant Tu Le 

Peu après on enchaîne vraiment les énormes vallées en moto, la route n’est pas bien compliquée et même si ça monte et descend pas mal c’est les doigts dans le nez.

La météo est assez changeante mais pour l’instant il ne pleut pas. Il y a parfois des nuages assez énormes mais on prend beaucoup de plaisir. La route est quasiment vide et franchement elle est juste superbe. Ce n’est pas le délire visuel de Ha Giang mais “on kiff”.

Alors qu’on passe un énorme col je vois un quart de seconde un paysage magnifique. Je fais demi-tour et j’essaye de trouver une façon d’avoir un meilleur angle. Je monte sur une rambarde métallique et je tiens vraiment de façon approximative (genre vraiment), je fais 4 photos à l’arrache avant de glisser… mais de m’en sortir quand mêmes sur mes 2 pieds (à ce moment ma femme se demande vraiment pourquoi je fais ça juste pour une photo, et moi aussi d’ailleurs). Bon en plus j’ai loupé la mise au point de la photo mais c’est quand même pas mal.

Oui donc là si tu es quelqu’un de normalement constitué tu dois te demander comment ma femme tient (partir sous la pluie à Hanoi, dans la tempête qui arrive, mal dormir, voir son mari tenir à 1m du sol sur une rambarde juste pour prendre une photo… expliqué comme ça c’est vrai que c’est pas facile à comprendre).

Quelques kilomètres plus loin c’est absolument magnifique, il y a des petites rizières en terrasse avec des maisonnettes de partout. On s’arrête une nouvelle fois pour faire quelques photos. Pour être honnête je fais des dizaines de photos (elles se ressemblent toutes donc je vous évite cela après dans l’article). 

A ce moment il est 12h10 et on arrive à Tu Le (notre étape pour la nuit). Sur le côté droit de la vallée de Tu Le on voit des énormes nuages arriver et 2 minutes après ça ne loupe pas, l’énorme orage est sur nous. On prend une bonne sauce et du coup on s’arrête très rapidement dans un restaurant. L’atmosphère a changé du tout au tout en quelques minutes.

Attention les coups de soleil

Le “jeune riz” de Tu Le

Partout dans Tu Le on entend le bois taper, en fait c’est simplement car toute la ville semble préparer les premières graines de riz qui sont un snack au Vietnam (je vous traduis ça en jeune riz, en anglais c’est young rice). Le goût est très différent et c’est très bon.

Pendant que le restaurant prépare à manger ma femme achète quelques sachets de riz, j’en profite pour faire quelques photos de la mamie. 

Notre nourriture est prête, je me plains car le porc a plus de gras que de viande, puis après la première bouchée j’explique à ma femme qu’on s’arrêtera en revenant de Mu Cang Chai car le goût est en fait incroyable (un vrai français je vous dis, toujours en train de se plaindre).

Arrivée dans notre homestay à Tu Le

Il est 14h00 lorsque nous arrivons dans notre homestay de Tu Le, la vue depuis la petite terrasse est sublime, nous avons une énorme vallée de rizières devant nous, malgré la météo infâme c’est sublime. 

Je dois vous expliquer un peu car c’est compliqué le géographie à Tu Le. Pour faire simple Tu Le est une petite ville qui se trouve en bas du col de Khau Pha (col qui mène à Mu Cang Chai). C’est donc une région montagneuse et à ce titre il y a vraiment en fait… 2 grosses vallées de rizières à Tu Le. Une qui se situe dans la ville principale et une légèrement à l’Ouest. Nous dormons juste au dessus de la seconde, d’où la vue incroyable (je vous ai mis le homestay sur la carte ci-dessous).

On voit bien la couleur des rizières

Je passerai de longues minutes à faire des photos de cette vallée, c’est vraiment à couper le souffle. D’ailleurs je vous le dis à l’avance mais cette vallée est une des plus belles de ce voyage et franchement du même niveau que ce qu’on va voir à Mu Cang Chai (c’est différent, mais c’est OUF). Si j’avais un zoom encore un peu plus important il y aurait moyen de faire des photos juste incroyables (je suis un peu court avec un 200mm… bon et je vous dis même pas si j’avais un drone). 

En scooter dans la vallée sous le homestay de Tu Le

Ma femme est vraiment crevée et pas dans le bon mood, le homestay est assez claqué (la chambre c’est une prison) et elle préfère rester pour dormir. J’attends qu’elle s’endorme (grand prince) et je pars me balader en scooter. Vous vous en doutez bien mais même avec un temps gris comme c’est pas possible je vais pas juste regarder la vallée de loin.

Je descends donc en scooter dans le village et l’énorme vallée, il y a beaucoup de femmes qui travaillent à faire du “young rice”, mais étant donné qu’il ne pleut pas je pars directement dans les rizières.

Je suis obligé de faire une seconde coupure dans le récit pour ma femme, oui donc départ sous l’eau, typhon qui arrive, nuit horrible, son mari qui est à deux doigt de se casser la nuque pour une photo de rizière en terrasse (alors qu’il en a vu des millions), plainte au déjeuner car la viande est trop grasse, homestay qu’il a réservé qui ressemble à une prison… OUI ELLE M’AIME

Je prends une route un peu au hasard, ça grimpe pendant quelques minutes puis je suis déjà bien au dessus des rizières. Franchement c’est magnifique et je fais énormément de photos. A chaque fois je me dis “rate pas putain rate pas”, bon du coup j’ai des dizaines de photos qui sont pas ratées. 

Lorsque je redescends de ma petite montagne je sais qu’il faut que je me dépêche, dans les montagnes du Vietnam c’est jamais bon signe ce genre de météo !

Je tente une dernière fois de faire quelques photos des rizières, est-ce que ça rendra bien sur l’ordinateur ? à vous de juger !

Je croiserai au final pas mal de personnes, un simple sourire sur une moto, parfois un coucou, un enfant intrigué qui se met à pleurer lorsque sa grand-mère lui dit de faire un coucou, un jeune qui m’accompagne et me demande un selfie à la fin, bref de grands classiques au Vietnam !

Le “young rice” dans le village de Lim Mong

Je parle beaucoup de “young rice”, il faut que j’insiste dessus mais c’est un snack vraiment très connu pour les vietnamiens, et particulièrement pour Tu Le (c’est un peu comme si tu visitais la Provence et que chaque village faisait son Pastis quoi).

Avant de faire ce riz il faut bien évidemment diviser les graines de riz du reste, dans ce village la machine est à l’intérieur d’une maison (c’est la première fois que je vois ça au Vietnam). 

En face de cette maison je vais m’incruster dans la cours d’une… autre maison. Les gens sont sympathiques, je leur répète toujours la même chose (je travaille à Hanoi, je vais à Mu Cang Chai, j’ai une femme vietnamienne, 1 nuit Tu Le etc.).

Je fais quelques photos que j’aime beaucoup, en fait lorsque j’étais devant je me suis dit que j’allais devoir expliquer toute cette activité autour du “young rice” sur le blog donc j’ai pas mal déclenché.

J’utilise mon arme secrète qui est le… Polaroid ! Je fais une photo d’une des dames. Ensuite le petit groupe se marre comme pas possible en voyant le résultat. Avant de lui donner la photo j’essaye de faire une photo avec le cliché mais j’ai loupé les réglages, bon tant pis vous avez l’esprit.

Juste avant de partir je comprends en fait ce qu’il vient de se passer, je trouvais bizarre d’être dans un village Thaï mais que les dames portaient des écharpes H’mong. En fait une des dames est la boss et une fois le riz trié… les dames H’mong sont payées par la dame Thaï puis rentrent chez eux (c’est Manpower – Agence d’Interim en moins organisé). Pour information c’était 1.25 million de dongs pour 16kgs (50€). Je ne connais pas le prix une fois en dehors de Tu Le mais ça sera sûrement pas la même sauce.

Retour au homestay de Tu Le et fin de journée sous la pluie

Il est 16h00 lorsque je retourne au homestay, je suis excité comme une puce et je veux que ma femme vienne voir ça. Il y a de moins en moins de lumière mais la vue depuis le homestay de Tu Le est incroyable.

Une petite demi-heure plus tard nous sommes dans les rizières de Tu Le, je repasse quasiment aux même endroits. La lumière est moins belle donc la plupart des photos seront… de Madame !

On passera rapidement dans un petit village H’mong, c’est assez marrant cette différence géographique entre les ethnies au Vietnam. Je vais faire une petite remarque désobligeante mais avec l’expérience c’est dingue ce que je trouve les villages H’mong sales parfois. Ils ont une toute autre façon de vivre, souvent moins d’argent et avec l’expérience ça te saute plus aux yeux.

On passera le reste de la journée à ne rien faire sur la terrasse du homestay de Tu Le. Pour information la pluie ne s’arrêtera pas de tomber ! Et oui voyager pendant une tempête tropicale c’est pas toujours marrant (même si elle est à genre 800 kilomètres de là où on est). 

La journée de l’enfer vers Mu Cang Chai

Le lendemain matin il pleut légèrement lorsqu’on veut quitter le homestay pour rejoindre Mu Cang Chai. Finalement on attend un peu et… on va vivre une matinée en enfer après avoir quitté Tu Le. 

COIN COIN

Mu Cang Chai je vais en parler dans un prochain article car on a adoré mais la montée par le col de Khau Pha fut… un délire. Des trombes d’eau, du vent, le froid en montant, une brume de malade, les éboulements devant la moto… vraiment de la folie.  

Non mais vraiment, genre la FOLIE, à deux sur la moto, un froid de canard avec le vent, des éboulements de partout, un passage où la route est coupée et où une peleteuse essaye de nettoyer un autre éboulement de boue sur facile 50 mètres de long (avec la boue qui continue de tomber sur la peleteuse et toi t’attends en te disant “putain va pas falloir trainer pour traverser”), tu vois rien, la moitié du temps tu manges l’eau de pluie tellement il pleut sur toi, tes pieds sont trempées, d’ailleurs en fait t’es trempé partout… mais tu gardes la pêche parcequ’il faut remonter le moral de Madame. Et ouai moi aussi je l’aime !

Mais bon Mu Cang Chai on va en parler dans le prochain article !

Le retour à Tu Le 2 jours plus tard

Note importante : je reprends le récit concernant Tu Le et Nghia Lo 2 jours plus tard, nous revenons en fait de Mu Cang Chai et il faut rejoindre Nghia Lo pour rendre le scooter et prendre le bus. Habituellement je n’aurais pas vraiment parlé de cette partie du voyage (on repasse exactement aux mêmes endroits), cependant lors du retour la météo sera parfaite et en regardant les photos on a presque l’impression de visiter une autre région. Je reprends donc mon récit au niveau du col de Khau Pha (au homestay) mais cette fois on repart dans le sens inverse et sous le soleil.

En arrivant en haut du col de Khau Pha on est confiants, la météo est cette fois superbe et on s’arrête sur un viewpoint pour prendre des photos de la vallée de Tu Le. 

Mais qu’est ce que peuvent bien regarder ces H’mongs et la petite centaine de personnes autour ? Et bien en fait Mu Cang Chai est un endroit pour faire du parapente et quelqu’un va se lancer…  Autant vous dire que jamais de ma vie je ne tenterais le parapente ici mais quand ça se passe bien ça doit être génial !

Pour information tout le monde parle du parapente à Mu Cang Chai, mais en réalité c’est entre Tu Le et Mu Cang Chai depuis le haut du col.

On fera un arrêt au même restaurant qu’à l’aller dans la petite ville de Tu Le, le porc était tellement bon que j’ai insisté pour qu’on s’arrête une nouvelle fois. 

Sur toute la route du retour entre Tu Le et Nghia Lo l’ambiance est vraiment meilleure, il s’est enfin arrêté de pleuvoir et il fait même chaud. Ma femme est vraiment reposée après Mu Cang Chai et on se régale. 

L’impression est vraiment très différente, alors qu’on a mis pas mal de temps à l’aller on avale cette fois les kilomètres. En fait lorsque tu découvres tu as tendance à rouler doucement et à souvent t’arrêter. Dans ce sens on a un planning à respecter, le temps est beaucoup plus chaud, bref on se fait plaisir. 

Peu avant d’arriver sur Nghia Lo la ville commence progressivement à reprendre le dessus, avec les montagnes on a aussi quelques jolies panoramas sur les rizières. Je voulais absolument m’arrêter dans un café avec une vue pour prendre ma dose de Café Sua Da, malheureusement on trouve rien de bien fou et on s’arrête surtout au premier café d’ouvert (on est un jour férié au Vietnam !). 

Je fais une dernière photo, pour nous il restera une petite vingtaine de minutes avant de rendre le scooter, de prendre rapidement une douche à l’hôtel puis à galérer (comme toujours) pour rentrer… mauvais endroit pour le pickup du bus, arrêt repas de 20 minutes juste après Nghia Lo (alors que le bus avait déjà une petite heure de retard), bref la régalade. 

Conseils pour Nghia Lo & Tu Le

Quel itinéraire ?

  • Nghia Lo est sûrement une très bonne base pour découvrir les environs, j’ai été très surpris par la beauté des paysages autour de cette ville (même si la ville en elle-même n’a rien de particulier à offrir). 
  • La route entre Nghia Lo et Tu Le est magnifique, en excellent état et se fait sans problème, prévoyez quand même un peu plus de temps que ce qu’indique Google Maps car vous ferez sûrement plusieurs arrêts.
  • Sachez que vous n’êtes pas obligés de vous arrêter pour dormir à Tu Le, c’est généralement assez pratique mais vous pouvez simplement traverser si vous partez le matin de Nghia Lo.
  • Dans tous les cas il faut impérativement s’arrêter et se balader dans les 2 vallées de rizières autour de Tu Le (les 2 sur la carte mentionnée plus haut dans cet article). C’est vraiment magnifique. 

De mon point de vue vous avez en fait 2 cas de figure : 

  1. Vous venez de dormir à Nghia Lo et vous êtes sur un rythme tranquille, dans ce cas vous pourriez vous balader autour de Nghia Lo, partir peu après le déjeuner et arriver à Tu Le en milieu d’après-midi pour profiter là encore des alentours.
  2. Vous avez déjà du mal à mettre toutes vos étapes dans votre programme au Vietnam, dans ce cas partez tôt de Nghia Lo, arrêtez-vous dans les vallées de Tu Le et continuez jusqu’à Mu Cang Chai pour la nuit (enfin La Pan Tan). 

Location du scooter à Nghia Lo ?

Nous avons loué notre scooter directement à un loueur vietnamien de Nghia Lo, sinon sachez que de nombreux hôtels peuvent vous louer un scooter. Prévoir entre 6 et 8$ par jour en fonction de la qualité.

Comment arriver jusqu’à Nghia Lo ? Brice on trouve pas de bus !

Vous pourrez normalement réserver des bus depuis les agences de la vieille ville d’Hanoi, sinon comme d’habitude ça se passe sur le site Vexere, vous pourrez y trouver plusieurs bus qui vont jusqu’à Nghia Lo. Attention, la plupart des bus qui vont jusqu’à Nghia Lo sont des compagnies locales, quasiment personne ne parlera anglais et il faudra arriver tôt à My Dinh (la grosse gare de bus d’Hanoi) pour trouver votre bus. Vous allez normalement prendre le bus qui va jusqu’à… Lao Chai (à ne pas confondre avec Lao Cai), et oui le bus Hanoi – Lao Chai passe à Nghia Lo, Tu Le & Mu Cang Chai (c’est la même route). C’est des bus locaux “couchettes” convenables, galère si vous faites 1m70 ou plus mais ça passe pour 5h. 

Vos fidèles serviteurs !

Où dormir ?

A Nghia Lo

Pour Nghia Lo nous avons dormi dans… je pense… le meilleur hôtel de la ville. C’est le Dragon Fly Hotel, 25€ la nuit pour une chambre “normale”. Les chambres sont vraiment très bien et surtout belles pour la région, avec climatisation et SdB plutôt jolie. L’hôtel se trouve en haut d’une petite colline (3-4 minutes de marche depuis la route principale) et possède une très belle piscine, en revanche 3 choses importantes : 

  1. Le petit-déjeuner c’est simplement un Pho au poulet ou au boeuf, c’est pas très bon et la salle où l’on prend le petit-déjeuner est pas dingue du tout.
  2. Personne ne parle anglais, pas un mot.
  3. Lors de notre retour le lundi après-midi (jour férié au Vietnam), il y avait des dizaines de personnes partout dans l’hôtel et le parc de l’hôtel, les familles viennent pour se balader tranquillement, les enfants dans la piscine, enfin t’as l’idée. 

Si vous cherchez un logement beaucoup moins cher vous avez 2 options : 

  • Trouvez sur place, il y a beaucoup de Nghia Nhi dans la ville (sorte de guesthouse locale sans âme dans un petit immeuble)
  • Dormez légèrement au Sud de Nghia Lo au Homestay Lan Rung, vous y aurez des chambres privées avec SdB pour 10€ (sinon vous avez le dortoir à 4€). 

Attention sur la plupart des sites de réservation Nghia Lo n’offre que peu d’hébergements, surtout pour vous donner plus d’offres les sites mélangent avec Tam Dao (une destination pour le tourisme dosmestique vietnamien) qui n’est pas si loin à vol d’oiseau. Faites donc attention. 

A Tu Le

Pour Tu Le nous avons dormi au Sùng A Hờ Homestay, c’est le meilleur homestay de tout le Nord du Vietnam… non je déconne. C’était vraiment le homestay de l’angoisse, la chambre est une sorte de prison, il pleuvait tellement la nuit qu’on prenait de l’eau (agréable) mais il y a des SdB partagées avec l’eau chaude. La nourriture est convenable. Je le mets en lien en dernier recours. 

Attention étant donné que l’on voyageait pendant un pont au Vietnam (lundi férié), le propriétaire du homestay a exigé qu’on le paye à l’avance par virement bancaire sinon il annulait notre réservation. Qu’est ce que c’est agréable de réserver sur un site (Booking) où après le mec te menace d’annuler si tu payes pas tout à l’avance. 

Sachez que vous avez au moins 3 homestays (qui avaient l’air très propres) dans le village de la seconde vallée, vous pourrez voir ces homestays sur Google Map. 

1 : Mon homestay pourri sur la route principale avec une vue magnifique 2 : Les homestays dans le village en dessous 3 : La route principale, la même qui remonte à Mu Cang Chai (ou Nghia Lo vers le Nord)

Si vous cherchez des hôtels “normaux” vous avez 2 solutions : 

  • Pho Nui : Un hôtel local mais qui a le mérite d’exister, simple et très abordable
  • Le Champ : Un hôtel haut de gamme qui a… aussi le mérite d’exister. Je l’ai toujours sur Facebook en publicité pour les Vietnamiens donc je pense que la piscine le weekend va dépasser un avion en décollage au niveau des décibels (comprendre beaucoup d’enfants). 

les rizières sont magnifiques, c’était quand ton voyage Brice ?

J’ai voyagé à Tu Le et plus généralement dans la région de Mu Cang Chai début septembre. Faites bien attention car tous les vietnamiens savent que Septembre est le meilleur moment pour venir dans la région (et dans tout le Nord du Vietnam d’ailleurs). Essayez donc de réserver à l’avance si vous voulez un hôtel (pour les homestays vous vous en fichez à Tu Le, y’aura de la place). 

Questions ?

Vous avez des questions sur la région de Tu Le ou Nghia Lo ? n’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous. 

Leave a Reply

4 comments

  1. JeanClude

    Plutôt que de te poser une énième question Brice, (avec la réponse qui se trouve déjà quelque part sur le blog) je souhaite te remercier, je suis revenu de mon voyage au VIetnam il y a quelques mois déjà et ton blog m’avait bcp aidé, alors je prends 5 minutes pour te dire merci.

    Superbe région !

  2. Cédric

    Superbe article merci ! A quand celui sur Hoang Su Phi, nous y allons en février ! Encore merci pour ce blog.

    • Salut,

      Cela devrait être publié en théorie le dimanche 19 janvier 🙂 Il y aura sûrement entre 2 semaine d’avance ou 1 semaine de retard (jean-michel précision).

Type to Search

See all results