Aujourd’hui on part pour une journée un peu bizarre, une route magnifique, beaucoup de rizières en terrasse, un grand marché des minorités à Can Cau… le programme parfait ? Loin de là puisqu’après 8 jours de moto dans le Nord du Vietnam je suis fatigué et pas dans l’ambiance, explications !

Contexte de cet article

Cet article fait partie d’un voyage d’un peu moins de 10 jours dans le Nord du Vietnam. J’ai en fait pris la moto et effectué une grande boucle entre Lao Cai et Hoang Su Phi. L’article entre Cinnamon Ecolodge est la huitième journée de ce voyage (d’où le [8/9] dans le titre). Vous pouvez retrouver tous les articles de ce voyage sur cette page.

On prend la route sur Paint

“Ban Lien ?” “Ban Lien ? (oui j’ai plus de téléphone)

Il est 6h20 lorsque je quitte le Cinnamon Ecolodge, je souhaitais rester un peu dans la matinée mais Gioi m’a convaincu que je pouvais arriver dans les temps pour le marché de Can Cau à quelques heures de route de l’hôtel.

Après quelques minutes je traverse la ville de Vinh Yen qui est extrêmement vivante, c’est le samedi et aussi le jour de marché, on voit donc H’mong & Thaï. Je me fais couper la route par les enfants qui vont à l’école, enfin le Vietnam quoi !

Je roule tranquillement et je tourne au bon endroit pour prendre une route qui n’apparait pas complètement sur Google Map. Ca commence très fort puisque le premier pont est… éclaté ! Impeccable, j’ai plus de téléphone donc plus de GPS (vous pouvez voir comment je l’ai perdu dans mon article sur Xin Man), je baragouine tout mon Vietnamien et un gars me fait comprendre qu’il y a un pont à quelques kilomètres plus loin. On va chercher ce pont !

Je trouve le petit pont, j’arrive à me remettre dans le bon sens et je commence à rouler sur cette très belle route. Après quelques minutes un monsieur m’arrête, il me fait des énormes signes en mode “oula mon garçon t’es pas sur la bonne route”. Je lui lâche mon meilleur “Di Ban Lien” (aller Ban Lien), il se marre et répète à la dame derrière lui puis me confirme que je suis bien sur la bonne route.

Car oui je ne l’ai pas expliqué mais en fait je dois trouver une petite route qui remonte de Vinh Yen jusqu’à Ban Lien, puis de Ban Lien il faudra que je redescende directement sur Bac Ha (c’est un peu comme si je faisais Paris – Marseille en me disant que si je passe à Lyon au milieu c’est que je suis sur la bonne route).

La route est très sinueuse, il n’y a pas énormément de rizières mais plutôt quelques vallées remplies de rizières. Comme Gioi me l’avait dit la route n’est pas utilisée par les étrangers malgré son excellent état. C’est un vrai plaisir pour rouler.

J’avais pris de nombreuses photos de la route sur Google Map au format “normal” et “Satellite”. Mais en fait c’est simple comme bonjour puisqu’il y a toutes les bornes kilométriques qui indiquent la seule petite ville entre Vinh Yen et Bac Ha (Ban Lien pour ceux qui suivent !).

Les très belles vallées de rizières avant Ban Lien

La route est vraiment de plus en plus belle, je ne sais pas combien d’étrangers passent par là en moto tous les mois mais ça doit pas être beaucoup car absolument tout le monde est très surpris de me voir. Il y a de plus en plus de rizières et surtout des grosses maisons sur pilotis.

Ça grimpe vraiment fort à un moment, cela fait 8 jours que je roule avec la moto et parfois elle fait quelques bruits bizarres. Si ça monte de plus en plus c’est souvent que les rizières sont de plus en plus prononcées ce qui est bon signe.

8 jours pour la moto mais aussi et surtout… 8 jours à voir quasiment que des rizières. Je ne sais pas ce que j’ai ce matin mais je ne suis pas de bonne (bon ?) humeur, est-ce le fait de se lever à 5h30 tous les matins ? le fait de savoir que je suis sur la fin ? De partir visiter des trucs que je connais déjà ? (il ne me reste que le marché de Can Cau à voir et le marché de Bac Ha le lendemain… alors que j’ai déjà vu 5 marchés des minorités en 8 jours). Bref je fais quelques arrêts photos car c’est magnifique mais l’émerveillement n’est plus trop là… un petit peu mais bon… enfin t’as compris quoi !

D’ailleurs à ce moment ça m’énerve plus qu’autre chose car je sais bien que ces paysages sont magnifiques. Je pense que je suis juste crevé et sur la fin du voyage donc plus en roue libre. 

On descend directement sur Bac Ha

Je vois les kilomètres défiler sur les borne, puis lorsqu’il ne reste plus qu’un kilomère pour Ban Lien je sais qu’il faut pas se tromper. D’après la carte sur Google Map (j’ai pris des photos de l’écran de l’ordinateur avant de partir) il faut que je prenne un virage serré juste avant Ban Lien.

Le virage serré est évident juste avant d’arriver à Ban Lien, c’est impossible de se tromper et 30 secondes plus tard j’ai un très beau point de vue sur la petite ville… 

En écrivant cet article je regrette un peu de n’avoir pas plus profité de la région, mais on ne se refait pas et je pense qu’à la fin j’en avais juste ras le bol de voir des rizières. C’est dommage car en regardant les photos je me dis que la région est franchement sublime. 

Heureusement à 8h20 il se passe un miracle, il y a des gens qui récoltent du riz. Bon là évidemment arrêt obligatoire surtout que l’endroit me parait très photogénique.

Des H’mongs sont en train de récolter, je fais quelques photos tranquillement. Je donne un peu tout niveau vietnamien mais ils sont plus en mode “mais qu’est ce qu’il raconte lui” qu’à rigoler avec moi. 

Heureusement je n’ai pas joué ma carte joker, t’as déjà deviné ? Et oui le Polaroid. Je fais 2 photos et je demande à la petite laquelle elle veut. Sur le coup elle ne montre pas trop d’émotions.

Mais je suis à peine remonté sur la moto qu’elle est déjà en train de montrer ça à tout le monde. Je ressors l’appareil pour en faire une photo car ça me fait marrer.

La descente pour Bac Ha sera vraiment magnifique, il y a des vallées de rizières en terrasse assez importantes. C’est 40 minutes de descente parmi les rizières et les H’mongs.

Le marché de Can Cau le samedi matin

Il est 9h10 lorsque j’arrive au niveau de Bac Ha mais on est samedi et le marché est à Can Cau un peu plus loin, du coup je bombarde sur cette route que je connais par coeur et 30 minutes plus tard j’arrive au niveau du marché de Can Cau.

Can Cau doit être le second marché le plus touristique du Nord du Vietnam, en septembre c’est tranquille mais il y a quand même quelques minivans (qui viennent principalement de Lao Cai & Sapa).

Je fonce tout de suite au niveau de l’endroit où ils vendent les buffles, l’endroit est très dégagé et assez photogénique. Les buffles sont dans la descente et certains des propriétaires attendent sur le talus au dessus. 

Vue depuis le talus

Pour continuer dans la lignée du début de journée je dois dire que la motivation est assez faible, en arrivant sur place j’ai l’impression d’être venu par obligation plus qu’autre chose, difficile donc de profiter du marché de Can Cau.

Je fais quelques photos et pour la première fois une dame refuse carrément une photo, sur le coup ça me fait bizarre car c’est la première fois qu’on me refuse une photo en 8 jours, j’avais oublié que ce n’était pas normal dans le Nord du Vietnam. D’ailleurs je parlais d’endroit touristique tout simplement car il y a pas mal de vendeurs (peut-être 15% du marché de Can Cau ?) qui vendent des trucs pour les touristes (oui donc je te confirme, aucun H’mong va acheter une peinture ou un bol avec des petites carreaux, ça n’existe pas, que ça soit à Can Cau ou autre part).

Je ne sais pas comment l’expliquer mais pour les touristes présents c’est un peu bizarre. Il y a les français (en masse) qui savent pas trop comment s’y prendre pour prendre une photo, y’a le couple qui est venu en mode pantalon-chemise & grande robe pour Madame qui prend tout le monde en photo en mode “amazing” avec son iPhone 11, y’a le photographe Japonais qui s’asseoit pas loin de moi pour observer ce qu’il se passe et… y’a les photographes italiens armés jusqu’aux dents mais qui vont probablement pas faire une belle photo vu les conditions (il est déjà un peu tard, la lumière est très forte). Bon et y’a aussi le Français un peu bizarre qui voyage seul depuis 8 jours et qui passe 20 minutes à regarder la vie s’écouler à côté d’une gargote du marché de Can Cau (ça c’est moi).

Il est 10h20 lorsque je quitte le marché de Can Cau, je serai de retour à Bac Ha à 11h00. Je vais passer le reste de la journée à ne rien faire. Je suis encore vraiment malade et cela sera un plaisir de rester assis à l’hôtel, à écrire, à boire des cocas, à regarder des vidéos sur Youtube. Bref un après-midi de vacances et non de voyage (si par hasard vous cherchez quoi faire dans les environs de Bac Ha j’ai déjà écrit plusieurs articles sur mes voyages sur place).

Bac Ha !

Conseils :

La route entre Cinnamon Ecolodge & Bac Ha

  • Pour aller de Cinnamon Ecolodge jusqu’à Bac Ha par cette route il faut en fait passer par Ban Lien, à l’écriture de cet article en Octobre 2019 la route n’est pas terminée sur Google Map, mais si vous passez en “Satellite” vous verrez le chemin qui continue.
  • La route est en excellent état, aucun souci. Comme toujours il y a la place pour une voiture et une moto en largeur donc c’est tranquille. J’ai dû croiser 4-5 camions, quelques voitures et genre 2 minivans.
  • Sachez que la route entre Ban Lien et Bac Ha est vraiment très belle, si vous ne savez pas quoi faire à Bac Ha je vous recommande vraiment de vous faire un petit aller/retour (il y a moyen de faire des petites boucles). C’est pas du niveau de Mu Cang Chai mais c’est très beau.

Le marché de Can Cau

Tu connais l’histoire du mec qui n’a pas aimé un endroit mais qui va quand même essayer de te le vendre ? J’ai totalement conscience que le marché de Can Cau est arrivé au pire moment possible de ce voyage et à ce titre je ne vais pas le descendre car le marché est quand même cool :

  • Le marché de Can Cau est grand, honnêtement il y a du monde et énormément de stands. Ce n’est pas de la taille de Bac Ha ou Dong Van  mais c’est un marché assez important.
  • L’endroit où se trouve le marché de Can Cau est très beau, il y a pas mal de rizières autour et les vallées pour y accéder sont très belles. 
  • Toute la partie avec les buffles est vraiment superbe, hyper photogénique aussi
  • Le marché de Can Cau est aussi un peu touristique, tu sens tout de suite en arrivant car il y a des minivans… et quelques vendeuses qui parlent anglais (ouai c’est pas courant dans le coin), mais ça reste raisonnable. 
  • Le marché de Can Cau a lieu tous les samedis (le matin), si vous cherchez un marché plus intimiste il y a d’autres marchés dans le coin. J’ai notamment beaucoup aimé le marché de Pha Long mais attention car c’est loin, vraiment loin même.

Une lecture intéressante pour les marchés des minorités ?

Si vous cherchez de quoi approfondir la partie “marché des minorités du Nord du Vietnam” et donc avoir aussi un second avis sur le marché de Can Cau : 

  • Sur ce blog, vous pouvez voir tous les articles sur les marchés en cliquant sur le Tag Marché
  • Sur ce site en anglais vous pourrez accéder à une carte des marchés du Nord du Vietnam, il en manque pas mal mais c’est à ma connaissance l’endroit avec le plus de marchés référencés.

Questions ?

Vous avez des questions sur le marché de Can Cau ? N’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous.